Nous préférons la concertation sociale au conflit social

La rentrée des classes… Les écoliers ont enfilé leurs plus beaux habits pour retrouver leurs professeurs et camarades de classe, le gouvernement a fait sa première réunion vendredi passé, les acteurs de la concertation sociale se préparent également aux enjeux de ce prochain trimestre. La rentrée des classes est l’occasion pour la Fédération des entreprises de Belgique de faire le point sur ses attentes concernant les gros dossiers qui marqueront les mois d’automne : la réalisation du jobsdeal, le droit de grève ou le respect de la concertation sociale pour les prochaines négociations de l’accord interprofessionnel (AIP).

Pieter Timmermans, DIRECTION GÉNÉRALE
05 septembre 2018

En juillet s'est conclu un accord politique sur le deal pour l'emploi qui doit être concrétisé au cours des prochains mois. Cela sera synonyme de beaucoup de travail pour le fédéral et pour les entités fédérées. Remédier au problème des 140.000 postes vacants en Belgique est une priorité absolue. Il est important que la concrétisation de ce projet aboutisse et qu’elle ne soit pas liée aux discussions du gouvernement autour d’Arco et Belfius. Nous devons veiller, entre autres, à renforcer la dégressivité des allocations de chômage, à encourager les demandeurs d’emploi à suivre une formation pour les métiers en pénurie, à accélérer l’inscription auprès des services régionaux de l’emploi et à adapter le concept de rémunération à l’ancienneté.

De plus, nous devons continuer à encourager les employeurs à ouvrir leurs portes aux candidats qui n’auraient pas le profil parfait mais aussi à encourager les jeunes à suivre des formations qui les préparent à l’exercice d’un métier en pénurie. D’autre part, dans le cadre d’une meilleure mobilité interrégionale, la FEB trouverait positif que la connaissance du français et du néerlandais soit une mission essentielle de l’enseignement de demain.

Par ailleurs, suite à la forte réaction des syndicats aux récentes propositions du gouvernement, nous nous positionnons en faveur de la concertation sociale qui sera nécessaire pour les prochaines négociations de l’AIP qui débuteront en novembre. L’importance de conclure un accord entre partenaires sociaux qui ne compromette pas la compétitivité de nos entreprises est primordiale pour notre rôle d’acteur socio-économique. Les déclarations de certains dirigeants syndicaux qui souhaitent développer de meilleures relations avec les employeurs en vue de parvenir à un accord interprofessionnel sont de bon augure. D'autres, comme celles évoquant la paralysie du pays, sont en revanche particulièrement contre-productives.

Rappelons également que la FEB est favorable à une réforme du droit de grève. Ce dernier n'est pas absolu, il doit être en équilibre avec le droit de travailler : quelles actions sont permises et lesquelles pas ? Quelles procédures faut-il suivre en cas de grève ? Quelles responsabilités doivent être prises en cas de grève ? Ce sont quelques-unes des questions qui devront être clarifiées à la table des négociations. Un accord au sein du Groupe des 10 est notre priorité.

Une chose est certaine : nous préférons la concertation sociale au conflit social. Si les syndicats viennent à la table des négociations avec le même état d’esprit, on obtiendra des résultats.

Pieter Timmermans, administrateur délégué

> Lire le communiqué de presse


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.