Service minimum à la SNCB – Premier test grandeur nature réussi

Quelques mois après son entrée en vigueur, le service minimum sur le rail a connu son baptême de feu jeudi dernier, lors de la grève de 48 heures lancée par la CGSP-Cheminots. Au lendemain de cette première mise en œuvre, on peut dire que le bilan est positif. 

Eloïse de Villegas, CENTRE DE COMPÉTENCE DÉVELOPPEMENT DURABLE & MOBILITÉ
04 juillet 2018

Concrètement, les travailleurs devaient signaler à l’avance leur volonté de participer à la grève ou non. En fonction des effectifs disponibles, la SNCB et Infrabel ont pu dès lors établir une offre de transport adaptée.

Malgré quelques exceptions et quelques retards, tous les trains annoncés ont bel et bien roulé. En moyenne, un train sur trois roulait vendredi et la moitié de l’offre normale samedi. Un grand changement pour le voyageur, qui pouvait se tenir informé grâce au site internet et à l’application de la SNCB, où des informations fiables étaient disponibles. Les voyageurs ont donc pu s’organiser en fonction du service disponible.

Le droit de grève a été respecté pour ceux qui voulaient y prendre part, sur une base tout à fait volontaire. Ceux qui préféraient quant à eux travailler ont pu faire valoir ce droit au travail et aucun incident majeur n’a été déclaré entre les deux groupes.

Des améliorations seront cependant encore amenées afin de rendre le système encore plus opérationnel : certains trains annoncés ont tout de même été annulés et certains axes importants, par exemple vers l’Allemagne, n’étaient pas du tout desservis. Des désagréments dont la SNCB est consciente et auxquels elle tentera d’amener une réponse satisfaisante. Le service minimum sera d’ailleurs amené à montrer encore son efficacité prochainement, de nouveaux préavis de grève ayant été déposés pour la période entre le 10 et le 14 juillet par deux autres syndicats.

FEB – Il reste toutefois encore à vérifier l’efficacité réelle du service minimum et sa faisabilité en cas de grève générale. Mais cette première mise en œuvre est encourageante. Elle constitue un bel exemple pour d’autres acteurs, tels que les sociétés régionales de transport, qui réfléchissent également à de tels projets. Mais cela permettra aussi d’inspirer d’autres secteurs, en particulier le fret ferroviaire. En effet, l’on peut espérer que ce premier succès ouvrira la voie à des situations où lorsque la concertation sociale n’aura pas permis d’aboutir, les droits de chacun – voyageurs, travailleurs (ceux qui veulent travailler et les grévistes) et employeurs – seront respectés.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.