Seulement 17 postes de travail par investissement étranger en Belgique

Selon environ la moitié des 800 investisseurs interrogés par EY, l'Europe occidentale est le lieu d'investissement le plus attractif au monde. Au sein de l'Europe, la Belgique occupe, tout comme l'an dernier, la 5e place dans le classement, avec 198 projets. Notre pays est devancé par le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France et l'Espagne. C'est ce qui ressort de la nouvelle édition (2015) du baromètre EY de l'attractivité belge.

Raf Van Bulck, CENTRE DE COMPÉTENCE ÉCONOMIE & CONJONCTURE
06 novembre 2015

Notre principal investisseur étranger est toujours les États-Unis, qui prennent pour leur part 44 projets, soit 22% du total. Suivent ensuite nos voisins, qui représentent ensemble 79 projets ou 39% des investissements totaux. On note par ailleurs une croissance de la part des pays asiatiques : les pays BRIC et le Japon représentent 8,5% des investissements étrangers dans notre pays.

En revanche, le nombre moyen d'emplois créés par projet d'investissement étranger ne cesse de diminuer. Avec une moyenne de 17,6 emplois, nous avons atteint un niveau historiquement bas. En 2004, cette moyenne était encore de 42,9 emplois par investissement. De plus, la Belgique est bien en deçà de la moyenne européenne de 43,5 emplois par projet.

Cette situation s'explique incontestablement par les niveaux élevés de nos coûts salariaux et de notre pression fiscale, cités comme principaux handicaps en plus des importants problèmes de circulation, des procédures administratives lourdes et longues et du manque de collaborateurs parlant une autre langue.

D'après le rapport, nos principaux atouts sont les possibilités en matière de recherche et de développement, l'accès à l'infrastructure routière, la disponibilité de collaborateurs compétents, une offre accessible de subventions et d'aides aux investissements et la disponibilité de terrains industriels.

FEB – Cette étude montre clairement que nos coûts salariaux élevés découragent les investisseurs de créer des emplois dans notre pays. Par ailleurs, cette étude ne tient pas compte des désinvestissements et des restructurations liées à notre compétitivité en perte de vitesse. Un tax shift visant à abaisser les charges sur le travail s'avère donc urgentissime pour rétablir notre attractivité comme terre d'investissement.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.