La création d'emploi augmente dans le privé, mais il faut continuer à se focaliser sur le budget

La semaine dernière, la Banque nationale et le Bureau du plan ont publié leurs analyses macroéconomiques. Même si leurs chiffres diffèrent, la tendance est claire : la création d'emploi augmente dans le secteur privé et le chômage diminue. Selon la Banque nationale, le nombre d'emplois devrait croître de 140.000 unités entre 2016 et 2018, en plus des 65.000 emplois nouveaux en 2014 et 2015. Le Bureau du plan estime pour sa part que la création d'emploi atteindra 74.100 unités pour les seules années 2016 et 2017.

Pieter Timmermans, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ
15 juin 2016

Ces chiffres positifs s'expliquent par deux facteurs. D'une part, notre pays profite de la reprise économique qui s'intensifie au sein de la zone euro. D'autre part, les mesures de modération salariale, les sauts d'index et le taxshift commencent à porter leurs fruits. Cela se traduit par des entreprises belges plus compétitives, davantage d'emploi dans le secteur privé et une augmentation du pouvoir d'achat. Cette dernière sera encore renforcée par la suppression de la tranche d'imposition de 30%. Il semblerait que les attentats terroristes du mois de mars n'aient pas eu d'impact significatif sur les estimations de croissance pour 2016.

Un élément positif important est donc la baisse considérable de notre handicap salarial au cours des dernières années. Cela étant, beaucoup reste à faire car, en dépit de cette baisse, notre handicap absolu sera toujours de 10% fin 2016, ce qui représente encore un handicap important pour nos entreprises par rapport aux pays voisins. La modernisation de la loi de 1996 sur la norme salariale, encadrant la négociation salariale entre syndicats et employeurs, doit veiller à ce que l'amélioration de notre compétitivité ne soit pas réduite à néant par une nouvelle période d'augmentations salariales exceptionnelles qui entraîneraient la suspension de la création d'emploi.

L'inflation relativement élevée occasionne, elle aussi, toujours de sérieux maux de tête. La reprise du mécanisme d'indexation automatique risque de faire croître les coûts salariaux plus vite à nouveau.

Enfin, si la croissance de l'emploi est évidemment une bonne chose, il faut également veiller à ne pas intensifier le fossé entre les Belges et les non-Européens. Ainsi, selon Eurostat, le taux d'activité - à savoir le nombre de personnes au travail et au chômage - des citoyens non européens est de 59,4%, contre 74% pour les résidents ayant la nationalité belge. La Belgique se situe dès lors bien en deçà de la moyenne européenne, qui est de 69,8%, et se positionne en queue de peloton. Il importe donc de continuer à miser sur la sensibilisation, l'amélioration de l'image et l'accroissement des opportunités grâce à la promotion de la formation, la connaissance des langues nationales, la mobilité (du travail), une bonne politique d'intégration et un marché du travail plus flexible.

La Banque nationale stipule aussi que de nombreux efforts doivent encore être réalisés en vue de parvenir à un équilibre budgétaire en 2018. Ainsi, il faudrait encore trouver plusieurs milliards EUR en vue de réaliser la trajectoire que notre pays a lui-même convenue avec l'Europe. Cela ne sera pas simple. Si nous ne voulons pas reporter la facture sur les générations futures, la Belgique a intérêt à se tenir aux accords conclus avec l'Europe.

Les prochaines semaines promettent d'être passionnantes. Il faut absolument résister à une tentation, à savoir celle de décourager l'entrepreneuriat par le biais d'impôts inappropriés. À suivre.

Pieter Timmermans, administrateur délégué


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.