Baromètre économique mondial : quoi de neuf en 2016 ?

La semaine dernière, Peter Vanden Houte, Chief Economist d’ING Belgium et vice-président de la Commission économique de la FEB, a présenté un aperçu des perspectives économiques mondiales aux membres du comité de direction de la FEB. Retour sur quelques éléments essentiels de son exposé.

Morgane Haid, CENTRE DE COMPÉTENCE ÉCONOMIE & CONJONCTURE
20 janvier 2016

Tout le monde a entendu parler des récentes évolutions de l’économie chinoise. Peter Vanden Houte se veut rassurant. Il y a en effet une envolée de capital hors de la Chine, l’industrie est en déclin par rapport aux années précédentes et il y a un excès d’offre dans la construction. Cependant, on voit que la demande intérieure reste encore assez forte (vente de voitures et de camions) et que le secteur des services se porte bien. De plus, l’effet d’un choc économique de la Chine en Belgique devrait être assez limité vu la faible exposition de la Belgique sur le marché chinois.

Si la baisse importante des prix des matières premières est défavorable aux pays producteurs, elle exerce un effet positif sur la plupart des pays européens, qui sont principalement importateurs de ces matières premières. Si le prix du baril de pétrole continue de stagner à seulement 30 USD, ce qui est assez probable pour 2016, cela devrait faire gagner 2 à 3 milliards EUR de pouvoir d’achat à l’économie belge. La baisse de l’euro a aussi donné un important coup de main aux États européens, favorisant ainsi leurs exportations. Le mot ‘confiance’ est donc fortement d’actualité pour la conjoncture européenne. Même dans les pays en difficulté depuis la crise, tels que l’Italie, on observe une reprise de celle-ci.

Tandis que le risque de déflation s’est fortement atténué, Peter Vanden Houte a rappelé les risques auxquels il faudra faire attention en 2016. La poussée indépendantiste en Espagne par les Catalans, la révision des programmes de financement de la Grèce dans les prochaines semaines, et le risque de sortie de l’Union européenne par le Royaume-Uni (Brexit) sont des éléments qui pourraient déstabiliser les marchés européens et jeter un doute sur la crédibilité de l’Union européenne.

En conclusion, l’Europe continue sa reprise, entre autres grâce à la baisse de l’euro, à la baisse du prix du pétrole et à des taux d’intérêt historiquement bas. Elle reste cependant vigilante aux risques internes et externes causés par quelques inquiétudes et ralentissements, principalement sur les marchés émergents.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.