L’indice des prix passé au scanner

Depuis la dernière réforme de l'indice en janvier 2014, l'indice des prix à la consommation (IPC) peut être actualisé chaque année et non plus une fois tous les 8 ans, comme c’était le cas auparavant.

Carole Dembour, CENTRE DE COMPÉTENCE ÉCONOMIE & CONJONCTURE
03 février 2015

Les actualisations annuellespermettront de maintenir la représentativité de l'indiceet de faire en sorte que l'inflation mesurée ne soit pas biaisée à mesure que l'indice vieillit. Elles peuvent se faire par le biais d'une actualisation du panier de produits, d’un ajustement des méthodes de calcul, de la représentativité de l'échantillon de magasins et/ou de l'intégration de nouvelles sources de prix.

À ce propos, l’IPC de janvier 2015 s’appuie pour la première fois sur les scanner data des supermarchés, c’est-à-dire les données scannées à la caisse des supermarchés. Ainsi l'administration reçoit, chaque semaine, ces données de vente agrégées au niveau des produits (par code-barres) de trois grandes chaînes de supermarchés(Carrefour, Colruyt et Delhaize). Par la suite, l'objectif sera de collecter également les scanner data d'autres chaînes. Pour 2015, les ‘produits scannés’ (dans le groupe alimentaire uniquement) représentent 3% du poids du panier de l'indice. À partir de 2016, les autres produits alimentaires ainsi que d'autres produits vendus couramment dans les chaînes de supermarchés (hygiène corporelle par exemple) viendront compléter cette liste afin d’arriver à un poids de 24% du panier.

Ces données contribuent à renforcer la précision de l'IPC. En effet, il n'est plus nécessaire de baser l'indice de prix d'un groupe de produits sur un nombre limité de produits pour lesquels il convient ensuite d'estimer la représentativité pour l'ensemble du groupe. Grâce à cette nouvelle méthode, l'indice reflète donc plus fidèlement le comportement d'achat réel des consommateurs.

Il serait cependant erroné de conclureque l'utilisation des scanner data entraînerait une baisse (hausse) de l'indice dans le cas d'une plus forte (faible) consommation de produits meilleur marché au détriment de produits plus chers. Étant donné la méthode d’agrégation au niveau des produits, les changements dans le comportement d'achat des consommateurs n'auront aucun impact sur l'évolution des prix mesurée.

FEB – La FEB se réjouit de l’amélioration de la représentativité de l'IPC au fil du temps, afin de refléter le plus fidèlement possible le comportement d'achat des consommateurs. Dans cette optique, la prise en compte d’un plus grand nombre de produits via les scanner data et l’ajout des autres chaînes de supermarchés dans un futur proche est souhaitable.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.