Une grève ne sauvera pas le climat

Le débat climatique est à l'ordre du jour depuis quelques mois déjà. À juste titre. Si nous voulons réduire les émissions de CO2 dans le monde et mettre fin au réchauffement de la terre, des mesures sont nécessaires. La prise de conscience est réelle. La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) aspire à ce que le débat porte enfin sur le fond. Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB : « Il faut trouver un équilibre entre la sécurité d'approvisionnement en énergie, la maîtrise de ses coûts et la réduction des émissions de CO2. Ce n'est pas évident, mais c’est nécessaire. »

Presse, COMMUNICATION & EVENTS
15 mars 2019

On constate qu’une large partie de la société appelle – avec raison – à l'action, tandis qu’un autre groupe n'est pas prêt à assumer les conséquences du changement climatique (en termes de coûts et de changement de comportement). À première vue, le problème paraît insoluble. Pourtant, le monde des entreprises est convaincu qu'il peut concilier l’écologie, le social et l’économie. Certes, la tâche n'est pas évidente, mais elle est indispensable.

Une grève affecte les entreprises qui ne sont pas une partie du problème, mais bien une partie de la solution. Les entreprises belges sont déjà des précurseurs dans de nombreuses applications durables et elles investissent pleinement dans l’innovation pour encore renforcer leur rôle à cet égard. Dans notre vision énergétique et climatique, nous indiquons entre autres que chaque kilowatt-heure d’énergie non consommée en est un de gagné, d'où notre ambitieux plan en matière d’isolation et d’efficacité énergétique. Depuis de nombreuses années, nous misons en outre sur une innovation tenant compte des enjeux énergétiques et climatiques. Pensons aux solutions technologiques qui permettent de réduire la consommation à des moments cruciaux, ou encore aux technologies avancées liées aux batteries et au stockage de l’énergie. Cela ne se limite d’ailleurs pas à l’innovation intelligente. Les entreprises sont également favorables à des actions qui induisent un changement de comportement, comme une l’introduction progressive d’une taxe CO2 intelligente de préférence dans un cadre européen. Enfin, nous soutenons très fortement le passage de cycles de production linéaires à une économie circulaire.

« On ne suscitera pas le soutien sociétal à une politique climatique ambitieuse en frappant ceux qui peuvent contribuer à la solution par une grève, mais bien par la concertation avec toutes les parties concernées. Citoyens, pouvoirs publics et entreprises doivent unir leurs forces. Le monde des entreprises est en tout cas disposé à réaliser ce qui est réalisable afin d’apporter des réponses concrètes aux aspirations d’un grand nombre, » conclut Pieter Timmermans

Vous trouverez ici la réaction initiale de la FEB ‘Réalisons ce qui est réalisable’ aux différentes manifestations pour le climat.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.