Pas d'activité économique sans logistique, et inversement

La logistique et le transport sont des activités d’une importance capitale pour l’économie belge : compte tenu des effets directs et indirects, les services logistiques génèrent 7,6% du PIB, et 8% des emplois en Belgique. Ils sont indispensables à l’acheminement des biens et services. Par le biais d'une analyse SWOT, la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB) a élaboré une vision logistique belge qui vise à garantir le développement d'activités logistiques en Belgique et à créer de l'emploi, tout en respectant les engagements climatiques du pays.

Bart Croes / Sophie Sine, COMMUNICATION & EVENTS
12 juillet 2017

Notre pays a de nombreux atouts à faire valoir sur le plan logistique : il est idéalement situé au cœur des principaux marchés européens et possède une infrastructure de transport développée. La main-d’œuvre y est productive et l’innovation à la pointe. Néanmoins, un certain nombre de faiblesses doivent être mentionnées, notamment les couts salariaux élevés et le manque de flexibilité du travail. Nos infrastructures souffrent également d’un déficit d’investissement et certaines sont structurellement congestionnées. Certains sous-secteurs, comme la batellerie ou le fret ferroviaire, sont peu compétitifs. A ces faiblesses, il faut ajouter quelques menaces telles que la concurrence des pays étrangers, la désindustrialisation de nos régions ainsi que les normes environnementales de plus en plus strictes. Pour remédier aux problèmes identifiés, notre pays devra tirer profit d’opportunités d’innovations : applications technologiques, durabilité, nouveaux business models, … Sur base de ces constats, la FEB a développé une vision qui repose sur six piliers.

1. Une législation sociale souple et moderne

Ainsi, il faut notamment réduire les charges sociales et fiscales qui pèsent sur le travail pour résorber notre handicap salarial historique d'environ 9%. Il faut autoriser le travail de nuit et le travail intérimaire dans les secteurs qui en ont besoin.

2. Une fiscalité des transports équilibrée

 Sous certaines conditions (temps, lieu, …), une taxe kilométrique intelligente peut être introduite, la fiscalité actuelle (fondée principalement sur la possession d'un véhicule) étant ainsi remplacée par une fiscalité mettant l'accent sur la taxation de l'utilisation du véhicule.

3. Une politique ouverte et créative en matière d’innovation

Le cadre réglementaire pour tester des innovations sur le marché peut être adapté. Nous pensons par exemple au platooning (peloton semi-automatisé de camions) ou aux livraisons silencieuses de nuit.

4. Réduction des émissions de gaz à effet de serre

Le transport routier représente à lui seul 97% des émissions de CO2 des transports, ce qui est intenable. Il faut donc miser sur le développement d'infrastructures pour des combustibles de substitution par exemple ou de voitures électriques.

5. Un 'level playing field' entre les différents modes de transport

Outre une amélioration du transport routier, du transport ferroviaire et de la navigation intérieure, le transport par conduites offre également bon nombre d'avantages, tels une réduction substantielle du trafic routier, une consommation énergétique très restreinte et des émissions très faibles de gaz et de particules néfastes.

6. Mise à niveau de l’infrastructure

Des investissements ciblés et productifs en infrastructure se font attendre depuis de nombreuses années. A terme, le Pacte national d'investissement doit permettre un certain rattrapage.

Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB : "Pas d'activité économique sans logistique. La Belgique est une plaque tournante du transport et de la logistique au niveau européen et mondial. Et elle doit le rester. Les Régions et le niveau fédéral ont déjà accompli un travail important pour conserver et renforcer cette position avantageuse. Mais la concurrence est rude et des mesures additionnelles s'imposent. Le Conseil des ministres spécial constitue une occasion idéale pour cela, et ce plan d'action peut donner une première impulsion."

L'analyse complète peut être consultée via le lien suivant.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.