20 ans d’engagement durable en Belgique

Les Objectifs de développement durable (ODD) ont été adoptés en 2015 par les Nations Unies. Au nombre de 17, ils ont pour objectif de permettre de répondre aux défis planétaires et « libérer l’humanité de la pauvreté » et « remettre la planète sur la voie de la durabilité ». En plus des 3 « P » – People, Planet & Profit – traditionnellement associés à la notion de développement durable, s’y ajoutent à présent deux autres, de « Peace » et « Partnership ». Pour en savoir plus sur les ODD, leur mise en œuvre et leur incidence sur la vie des entreprises, lisez le dernier magazine FEB REFLECT !

Vanessa Biebel, CENTRE DE COMPÉTENCE DÉVELOPPEMENT DURABLE & MOBILITÉ
25 octobre 2017

193 pays, dont la Belgique, ont souscrit à ces objectifs et à leurs 169 sous-objectifs. Bien que non juridiquement contraignants, il est attendu des gouvernements qu’ils mettent en place des cadres nationaux pour les atteindre. En Belgique, c’est la Conférence interministérielle pour le développement durable qui est chargée de la coordination générale pour leur implémentation en Belgique. 

Au niveau fédéral, la loi relative au développement durable existe depuis 20 ans. À cette occasion, une étude commanditée par l’Institut fédéral du développement durable (IFDD) vient d’être rendue publique. Elle vise à évaluer l’écart entre, d’une part, les engagements et projets des autorités fédérales (ministres, secrétaires d’État et services publics fédéraux) et d’autre part, la situation souhaitée en 2030 telle que décrite au travers des ODD. Parmi les 169 sous-objectifs, quelque 112 se révèlent pertinents dans le contexte intra belge. L’étude permet de mettre en évidence nos forces et faiblesses et formule plusieurs recommandations. Ceci complète l’étude de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), qui relevait que la Belgique avait atteint à ce stade 11 des 169 sous-objectifs. 

Les 17 ODD constituent un important fil conducteur pour les entreprises qui souhaitent maximiser l'impact positif de leurs activités. Toutes les parties prenantes attendent en effet qu’elles concilient, dans leur corebusiness, leurs intérêts propres et ceux de la société. Une entreprise qui ne contribue pas positivement à la société s’isole à terme et est de plus en plus abandonnée par le consommateur, le collaborateur et l’actionnaire. Lire 17 ODD – L’intérêt sociétal devient l’intérêt de l’entreprise

Ci-dessous vous trouverez les liens vers les autres articles qui composent le REFLECT :   
• 17 ODD – Les risques à travers le monde > Lire plus
• 17 ODD – Une opportunité économique … de 12 milliards USD > Lire plus
• 17 ODD – Par où commencer > Lire plus
• 17 ODD – Entreprises et fédérations sectorielles contribuent > Lire plus
• 17 ODD – Tous concernés > Lire plus
• 17 ODD – Interview Paul Polman, CEO d’Unilever : « On commence à prendre conscience que ne rien faire coûte plus cher qu’agir » > Lire plus
• 17 ODD – Que signifie > Lire plus

> Lire l'intégralité du magazine en version PDF


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.