L’Europe à nouveau en marche ?

Dimanche passé, les Français ont choisi Emmanuel Macron comme nouveau président. Avec cette élection, suivant celle aux Pays-Bas, j’espère que l’Europe arrivera à trouver le second souffle qui lui manque depuis le Brexit.

Pieter Timmermans, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ
10 mai 2017

Hasard du calendrier, nous fêtons cette semaine la déclaration Schuman. Malheureusement, ce n’est pas un secret, l’Europe a souffert ces derniers temps et souffre encore aujourd’hui d’une crise de confiance sans précédent depuis sa création. Le repli sur soi gagne du terrain et l’euroscepticisme n’est plus tabou au sein des partis extrémistes tant de gauche que de droite. L’élection d’Emmanuel Macron et l’hymne européen résonnant le soir de sa victoire ont non seulement de quoi réjouir mais sont aussi de bon augure.

Après les élections en Allemagne, il faudra que Paris et Berlin parlent de nouveau d’une seule voix. Ces deux grandes puissances mondiales sont les moteurs de l’Europe et un axe franco-allemand fort est une nécessité absolue pour que l’Europe pèse à nouveau sur la scène internationale. À fortiori dans la perspective de la sortie du Royaume-Uni de l'UE ... Emmanuel Macron l’a dit, il croit en l’Europe comme source de solutions et il souhaite construire un nouveau projet européen. Dans la discussion relative au Brexit, il défend comme nous l’intégrité du marché unique européen. À savoir que toutes les entreprises qui y accèdent doivent être soumises à la même discipline. Reste à maintenir une relation commerciale et d'investissement la plus fluide possible avec le Royaume-Uni. Enfin, le jeune président s’est également prononcé en faveur du CETA, qui améliore selon lui objectivement les choses dans la relation commerciale avec le Canada.

Outre vis-à-vis de l’Europe, le nouveau président aura également fort à faire au sein de la France. La reprise outre-Quiévrain n’a pas montré de signes de raffermissement marqué et durable depuis la crise de la dette souveraine, et la courbe du chômage peine à s’inverser, au contraire des autres pays de l’Europe. La France comme la Belgique est également concernée par le problème du chômage de longue durée. À terme, ceci présente un risque d'érosion du capital humain, nécessitant la prise de politiques d'envergure en termes d'activation et de formation. Cette question est d’autant plus importante que, lorsque le chômage baisse, les positions extrémistes s’étiolent. Je suis donc curieux de voir ce que proposera le nouveau président français face à cette problématique.

Emmanuel Macron a promis de baisser l’impôt des sociétés à 25% car, dit-il, « quand il y a performance économique, il y a performance sociale ». Nous disons la même chose à la FEB et depuis longtemps. Avant de distribuer la richesse, il faut la créer. Si nos dirigeants belges, pour la plupart très enthousiastes face aux résultats de cette élection, pouvaient s’en inspirer…

J’attends donc la venue à Bruxelles d’Emmanuel Macron, va-t-il remettre l’Europe en marche ? C’est mon souhait, mais attention à ne pas se prendre les pieds dans le tapis.

Pieter Timmermans, administrateur délégué


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.