L’avenir de l’Europe à l’agenda de l’édition 2017 de l’European Business Summit

Pieter Timmermans et Bernard Gilliot, respectivement CEO et président de la FEB, ont activement pris part aux débats sur la stratégie européenne pour le commerce international et le Futur de l’Europe, organisés lors de l’édition 2017 de l’European Business Summit.

Julien Thomas, CENTRE DE COMPÉTENCE EUROPE & INTERNATIONAL
23 mai 2017

Ce rendez-vous annuel a rassemblé des représentants du monde des entreprises, des décideurs politiques et de nombreux acteurs de la société civile au Palais d'Egmont le 22 et 23 mai afin de débattre sur l'avenir de l'UE. Au programme du sommet: 3 sessions plénières, 8 tables rondes et 19 sessions avec des experts sur une multitude de thèmes européens pour un total de 150 orateurs et près de 2.000 participants.



De g. à dr. : Markus J. Beyrer, Director-General BusinessEurope; Bernard Gilliot, President FEB-VBO; Emma Marcegaglia, President BusinessEurope; Jyrki Katainen, Vice-President for Jobs, Growth, Investment and Competitiveness European Commission; Pieter Timmermans, CEO FEB-VBO.

Table ronde sur une nouvelle stratégie européenne pour le commerce
Pieter Timmermans était l’un des 6 orateurs invités dans le cadre de la table ronde sur une nouvelle stratégie européenne pour le commerce international organisée le 22 mai.

Lors de ce débat, il a mis l’accent sur l’importance d’une politique commerciale européenne ambitieuse pour notre économie ouverte, qui dépend à plus de 80% de ses exportations. Aussi, il a appelé à ne pas négliger l’élément géopolitique inhérent au libre-échange. L’UE doit pouvoir continuer à conclure des accords commerciaux bilatéraux ambitieux et équilibrés avec ses principaux partenaires à travers le monde afin de façonner la globalisation selon les normes et standards européens. Dans le cas contraire, l’Europe sera marginalisée par d’autres alliances commerciales.

Répondant à l’émergence de réflexes protectionnistes à travers le monde, Pieter Timmermans a également rappelé les conséquences néfastes de cette situation de « lose-lose » pour les entreprises et les citoyens.

Pour la FEB, l’Union doit tenir compte de deux éléments cruciaux dans la poursuite de sa politique commerciale: une séparation claire des compétences commerciales entre le niveau européen et le niveau national et l’importance d’une concurrence loyale (« fair trade ») dans le commerce.

Dans son introduction, la Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malsmtröm (photo), s’est exprimée sur le changement fondamental de perception du commerce international dans l’opinion publique. Elle a également fait état des inquiétudes de la Commission quant aux mesures protectionnistes émergeant au niveau mondial. Face à ce double constat, il est primordial pour l’Union européenne de continuer à défendre une politique commerciale internationale basée sur les valeurs européennes tout en offrant des réponses adéquates aux craintes légitimes des citoyens.

Panel sur le Futur de l’Europe
Après un keynote speech du vice-président de la Commission européenne, Jyrki Katainen, le président de la FEB, Bernard Gilliot, s’est exprimé sur les priorités des entreprises belges dans le cadre du panel sur le Futur de l’Europe organisé le 22 mai.

L’Union européenne doit rester unie et apporter des réponses claires aux nombreux défis auxquels elle fait face. Pour se faire, l’Union doit se concentrer sur ses tâches clés et agir là où elle a une vraie valeur ajoutée.  

La transition vers une économie  digitale en est un exemple concret. L’Union européenne doit créer un cadre réglementaire favorable pour nos entreprises afin de développer leur potentiel digital.

Aussi, l’Union  doit maintenir un politique commerciale ambitieuse en vue de garantir la création d’emploi, la croissance et la prospérité en Europe. Elle doit ainsi endosser un rôle de leadership et de pionnier dans la libéralisation du commerce international.

Bernard Gilliot a également participé à l’évènement de promotion organisé par le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (photo), sur le thème de l’investissement en Belgique. À cette occasion, le président de la FEB a présenté les nombreux atouts de notre pays comme terre d’investissement à un public composé d’investisseurs étrangers.



Michel Vermaerke, CEO de Febelfin et président de la Taskforce « Crise des réfugiés » de la FEB, a participé quant à lui à une table ronde sur la migration au côté du Commissaire européen Dimitris Avramopoulos.

Enfin, dans le cadre de la Commission des sociétés cotées, Anne-Sophie Pijcke, Special Advisor Euronext Brussels, a exposé les effets néfastes de la tendance belge au « goldplating », et ce, dans un domaine où la réglementation européenne a une influence croissante sur l’environnement économique.

 De g.à dr. : Amit Bajaj, CEO Europe Tata Consultancy Services; Yyrki Katainen, Vice-President for Jobs, Growth, Investment and Competitiveness European Commission; Vincent Pang, President of Huawei Western European Region Huawei Technologies; Bernard Gilliot, President FEB-VBO; Giles Dickson, CEO Windeurope.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.