Un rapport de la Commission sur la recrudescence du protectionnisme au niveau mondial

Dans son rapport annuel sur les barrières au commerce et à l’investissement présenté le 26 juin, la Commission européenne fait état d’une hausse de 10% des obstacles commerciaux internationaux en 2016. 36 obstacles supplémentaires ont été enregistrés au cours de l’année passée, ce qui représente une perte de près 27 milliards EUR en exportations européennes. La Commission estime que 372 barrières aux échanges sont actuellement d’application dans plus de 50 pays hors UE.

Julien Thomas, CENTRE DE COMPÉTENCE EUROPE & INTERNATIONAL
03 juillet 2017

Cette hausse significative est due en majeure partie à l’introduction de nouvelles mesures à l’importation par les pays membres du G20. La Chine, la Russie, l’Inde et le Brésil se classent en premier rang des pays où subsistent le plus d’entraves au commerce et à l’investissement international.

Face à ces constats inquiétants, la Commission a mené de multiples actions, en étroite collaboration avec les États membres et les entreprises européennes, qui ont permis de supprimer 20 obstacles au commerce établis par 12 pays dans des secteurs divers comme l’agro-alimentaire, l’automobile ou le pharmaceutique. Grâce à ces actions conjointes, les exportateurs européens pourront potentiellement économiser près de 4,2 milliards EUR sur leurs exportations à destination de marchés phares tels que la Corée du Sud, la Chine, le Japon ou encore la Suisse. La Commission a conclu ou négocie actuellement des accords avec plusieurs de ces pays afin d’ouvrir leurs marchés et d’éviter la mise en place de nouvelles barrières commerciales.

FEB – Ce constat démontre, à nouveau, l’importance pour les exportateurs européens de la Stratégie d’accès aux marchés tiers de la Commission. L’identification et la suppression de restrictions commerciales visent à restaurer un « level playing field » international pour nos entreprises. La conclusion d’accords de libre-échange, élément essentiel de la stratégie de la Commission, favorise les conditions d’exportation et d’importation ainsi que les opportunités d’investissement à l’international. Il est dès lors primordial pour notre économie ouverte, qui dépend à plus de 80% de ses exportations, que l’Union puisse conclure de tels accords commerciaux. En outre, ces derniers fournissent un cadre réglementaire international permettant à la Commission d’intervenir en cas de non-respect des engagements pris par ses partenaires à travers le monde. Ces mécanismes doivent être utilisés en cas de manquements flagrants. L’Union européenne doit plus que jamais s’opposer à la montée des tendances protectionnistes et veiller au respect des règles commerciales internationales. Le maintien d’une saine concurrence internationale en dépend.

> Cliquez ici pour accéder au rapport sur les barrières au commerce et à l’investissement


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.