Public Affairs Academy: “Le lobbying n’est pas un vilain mot”

De nombreuses personnes ne font pas la distinction entre (A) public affairs et (B) lobbying. Même pas les professionnels. Et pourtant… la pratique enseigne que A est beaucoup plus vaste que B et que la perception entre les deux diffère fondamentalement. La session d’orientation de la nouvelle série de public affairs-workshops a donné un large aperçu des coulisses et recherché avec des experts du terrain des leviers pertinents et réalisables en la matière.

17 septembre 2018

Après une première année 2017-2018 réussie (en partenariat avec Interel), la FEB organise de nouveau avec plusieurs fédérations sectorielles la Public Affairs Academy - et cette saison-ci en partenariat avec Whyte et Akkanto. Au cours d'une série de quatre workshops, les responsables et experts public affairs des fédérations sectorielles pourront améliorer leurs connaissances et leurs aptitudes. La session d'orientation 'Une découverte approfondie de la scène belge des public affairs', destinée principalement aux débutants en la matière, a donné un large aperçu des coulisses et approfondi les do’s-and-don’ts.

Dans son mot d’accueil, Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB, a mis le doigt sur la plaie, car il sait d’expérience “que le monde extérieur compare souvent abusivement le terme public affairs au lobbying. Or, ce dernier mot a une connotation négative en raison de l’application inappropriée et non éthique de certaines techniques de persuasion par certains lobbyistes.” Le lobbying n’est pourtant pas un vilain mot, pas plus que le réseautage. “Je préfère me qualifier de défenseur, de jeteur de ponts. Parce que c’est le corebusiness de la FEB qui défend les intérêts de plus de 50.000 entreprises dans ce pays.”

Le lobbying ne rebute pas le monde politique
“Faire le travail des décideurs”, c’est selon Joris Bulteel l’essence même des public affairs (PA). En revanche, ce n’est pas “Du whiskey sur la table, une enveloppe sous la table. La force absolue du carnet d’adresses. Un phénomène purement européen”, souligne Joris Bulteel (Whyte). “Les PA, c’est la communication, la défense d’intérêt, l’inspiration, la crédibilité, la transparence, le respect, l’expertise,… et cela ne se limite pas au terrain politique. Les PA s’adressent à tous les acteurs qui ont un impact sur les décisions politiques.”

Il convient de se demander comment les politiques voient les ‘lobbyistes’. Une enquête réalisée auprès de 80 politiciens flamands révèle que le lobbying est bien accepté, mais qu’il appartient aux responsables politiques de réagir de manière appropriée et d’analyser d’un œil critique l’information qu’ils reçoivent. “Il est bon de savoir que sur une échelle de 1 (négatif) à 10 (positif), les fédérations sectorielles obtiennent les meilleurs scores auprès des politiciens.”

Don’t ask for a favour
“Avez-vous déjà essayé d’expliquer à un CEO américain qui vient diriger une filiale en Belgique pendant quelques années la structure étatique et décisionnelle de la Belgique ?” Sandrine Agie (Whyte) a analysé le terrain belge et européen et pointé un certain nombre d’acteurs que l’on perd souvent de vue. “Songeons aux services d’étude des différents partis politiques.” De plus, elle a donné une série de conseils pour savoir quels acteurs ont un impact sur un dossier spécifique et quel est le meilleur moment pour les approcher dans le processus décisionnel.

Quel que soit l’acteur ou le niveau que l’on approche, il faut retenir un principe de base : Don’t ask for ‘a favour’ … but do them ‘a favour’. Bulteel a ensuite commenté à l’aide de cas très concrets dix do’s et dix don’ts. Nous reprenons ici dix conseils précieux :

  1. Soyez proactif et élargissez autant que possible le radar ;
  2. Informez-vous à la perfection. Soyez aussi intelligent – ou plus intelligent – que votre interlocuteur ;
  3. Connaissez et acceptez la réalité politique ;
  4. Restez toujours constructif et concret ;
  5. Essayez d’être influent en étant instructif ;
  6. Pensez outside-in. Ce qui vous semble pertinent ne l’est peut-être pas pour le monde extérieur ;
  7. Pick your battles. Ne cherchez pas la petite bête ;
  8. Forgez des coalitions, des partenariats, des deals gagnants pour toutes les parties ;
  9. Impliquez toutes les parties prenantes dans votre stratégie ;
  10. Soignez votre réputation.

Workshop pratique
Après une analyse de la déontologie des public affairs (qui privilégie la transparence, l’intégrité et le respect), Benjamin Dalle, directeur du service d’étude Ceder du CD&V, est venu témoigner de son expérience avec les professionnels des public affairs. “Plus il  y a de lobbyistes, mieux on voit ce qui vit dans la société. Si l’on n’écoute qu’une seule voix, on se fait une image incomplète.”

La session d’orientation s’est terminée par un workshop pratique. Les dix règles d’or y ont été appliquées à deux cas concrets. “ Beaucoup de conseils concrets, d’interactivité et de possibilités de poser des questions. Mes attentes ont été satisfaites”, a commenté l’un des participants.

Vous travaillez dans une fédération sectorielle et cherchez plus d'information sur les prochaines sessions de la Public Affairs Academy ?  Contactez Rachida Bou M’Barek, coordinatrice membership & account management à la FEB - rb@vbo-feb.be - +32  (0) 2 515 08 05.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.