70% des dépenses en matière de politiques du marché du travail sont passives

Comme le montrent les chiffres, les pays scandinaves ont tendance à enregistrer de meilleures performances au niveau de la participation au marché du travail. Cela se vérifie tant en général qu’en début et fin de carrière, c’est-à-dire au sein des catégories des jeunes (< 25 ans) et des plus âgés (55 +). Afin de stimuler le retour à l’emploi, ces pays misent davantage sur une responsabilisation accrue en liant les droits des personnes à des devoirs spécifiques. Ces éléments sont mis en avant dans le rapport du Conseil supérieur pour l’emploi.

Alice Defauw, CENTRE DE COMPÉTENCE EMPLOI & SÉCURITÉ SOCIALE
06 septembre 2017

L’orientation des dépenses publiques en matière de politiques du marché du travail (PMT) montre en effet une importante différence entre notre pays et les pays scandinaves. Ces derniers privilégient les politiques qui stimulent la remise à l’emploi, tandis que la Belgique alloue une part beaucoup plus importante au soutien (passif) qu’à l’activation.

Les politiques du marché du travail (PMT) sont réparties en 3 groupes : services, mesures et soutiens. Les services rassemblent les activités des services publics de l’emploi (SPE) tels que les conseils pour les demandeurs d’emploi (rédaction du CV, entretien d’embauche, etc.). Les mesures regroupent les dépenses liées à l’acquisition de compétences ou d’expérience des demandeurs d’emploi ainsi que les dépenses encourageant les employeurs à créer des emplois ou à recruter. En font également partie, les mesures visant à rechercher activement un emploi. Finalement, la catégorie des soutiens concerne les dépenses passives que sont les paiements des allocations de chômage ou de prépension.

FEB – La part des dépenses liées au soutien a certes diminué ces dernières années, mais elle reste bien supérieure à celle des autres pays (70% en Belgique face à 31% en Suède) ainsi qu’à celle liée à l’activation. Les réformes mises en place au niveau du chômage et des régimes de chômage avec complément d’entreprise vont dans la bonne direction. La limitation des possibilités de dispense de recherche active d’emploi constitue également un élément positif. Un autre point positif est la modernisation de la notion d’emploi convenable qui permet aux services régionaux de l’emploi de procéder plus vite à une réorientation sur la base des compétences. Il faut poursuivre sur cette voie, en misant davantage sur les politiques d’activation qui montrent leur efficacité dans les autres pays.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.