'Plus d'emplois pour les jeunes, plus de jeunes avec un emploi'

Le Conseil supérieur de l'emploi (CSE) confirme le plaidoyer YTIA de la FEB en faveur d'un dialogue continu entre l'enseignement et le marché du travail. Normalement, on devrait observer une relation négative entre le chômage et les postes vacants. Malgré les réserves de main-d’œuvre disponibles, la Belgique compte encore de nombreux emplois vacants. Ce sont autant d'opportunités manquées pour l'emploi des jeunes ! Aujourd'hui, les qualifications et aptitudes des jeunes ne répondent pas toujours aux besoins du marché du travail. On parle d'une inadéquation qualitative.

Hannah Snoeck, CENTRE DE COMPÉTENCE EMPLOI & SÉCURITÉ SOCIALE
13 juillet 2016

Cette inadéquation qualitative met le doigt sur la plaie : il faut renforcer l'adéquation entre l'enseignement/la formation et le marché du travail, afin que tous les talents puissent s'épanouir. Dans le cadre de sa campagne Young Talent in Action, la FEB avait formulé un certain nombre de recommandations pour accroître les opportunités d'emploi des jeunes, maintenant confirmées par le CSE.  

La chance de trouver un emploi intéressant commence par un bon choix d’études, une formation qui correspond aux centres d’intérêt, aux points forts et aux talents des jeunes. Savoir choisir est important. Les jeunes doivent à la fois se connaître eux-mêmes et avoir une connaissance de base du marché du travail. Idéalement, cette exploration devrait débuter sur les bancs de l'école. Parallèlement, il faut accroître la transparence concernant les débouchés des différentes orientations. On ne peut parler d'adéquation réussie que lorsque, d'une part, les études correspondent au mieux au profil (et aux compétences) du jeune et, d'autre part, elles sont orientées vers les opportunités réelles sur le marché du travail. Le CSE recommande dès lors de mieux adapter les programmes scolaires aux besoins du marché du travail.

Une formation suffisante favorise l'intégration sur le marché du travail. Néanmoins, trop de jeunes quittent l'école prématurément en Belgique (10,1% des 18-24 ans en 2015) et ne disposent donc pas d'un niveau de qualification leur permettant d'être engagés rapidement. La Belgique fait légèrement mieux que la moyenne de l'Union européenne (11,4%), mais les chiffres sont nettement plus bas (7 à 8%) dans de nombreux pays. Nous devons passer à la vitesse supérieure si nous voulons atteindre l'objectif de 9,5% fixé par l'UE2020.

Une des pistes à explorer est la valorisation des orientations STEM (Science, Technology, Engineering and Mathematics). La liste des métiers en pénurie de 2016 confirme que les talents techniques sont ceux qui manquent le plus. D'ailleurs, cette liste est inchangée depuis plusieurs années. Les jeunes doivent donc être motivés et surtout sensibilisés à ces orientations pour accroître leurs opportunités sur le marché du travail et être ainsi intégrés plus aisément et plus durablement.

Outre les filières offrant davantage d’opportunités d’emploi, d’autres éléments augmentent également les chances, facilitent la transition et constituent de véritables tremplins vers l’emploi. Une expérience professionnelle corrélée aux études valorise le talent, enrichit le CV et facilite l’accès à l’emploi. Un de ces tremplins est l'apprentissage en alternance, qui renforce les interactions et offre plus d'opportunités de travail que les formations professionnelles dans  l’enseignement de jour à temps plein. Selon l'OCDE, cette filière permet d'éviter le décrochage scolaire et elle est trop peu appliquée et développée en Belgique. Ce type d'enseignement doit sortir de l'ombre et ne peut plus être considéré comme l’enseignement de la dernière chance. Son succès en Communauté germanophone atteste d'ailleurs de ses possibilités pour les autres communautés du pays.

FEB – Ce n'est pas un hasard si le rapport du Conseil supérieur de l'emploi est dans le droit fil des propositions formulées par la FEB dans le cadre de sa campagne ‘Young Talent in Action’. L’emploi des jeunes relève de la responsabilité partagée et complémentaire de différents acteurs, y compris les jeunes eux-mêmes. Nous devons être attentifs aux débouchés qui existent réellement sur le marché du travail et, tous ensemble, donner aux jeunes les moyens nécessaires et les préparer pour le marché du travail actuel, mais surtout pour celui de demain.

> L’analyse et les propositions de la FEB sur le thème de l’emploi des jeunes sont regroupées dans une édition du magazine FEB REFLECT.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.