Seuls 29% des travailleurs ne trouvent pas leur travail intéressant

L’Antwerp Management School a interrogé près de 50.000 travailleurs à l’initiative de la coalition NWOW (New World of Work) quant au caractère intéressant de leur travail. Ils ont apprécié celui-ci sur la base de quatre piliers : (1) pouvoir exploiter ses talents dans son travail ; (2) trouver que son travail correspond à ses intérêts ; (3) pouvoir être soi-même dans son travail ; (4) ressentir que son employeur offre autonomie et soutien. Seulement 29% des répondants déclarent ne pas trouver leur travail intéressant.

Hannah Snoeck, CENTRE DE COMPÉTENCE EMPLOI & SÉCURITÉ SOCIALE
30 juin 2016

Sur la base de ce sondage, l’AMS a lancé un appel aux autorités, partenaires sociaux, travailleurs et entreprises afin d’œuvrer conjointement en faveur d’un travail intéressant. Le ministre de l’Emploi, Kris Peeters, a d’ores et déjà promis de tenir compte de cette dimension dans sa réflexion sur le travail faisable et maniable.
Quand on parle de 'travail faisable', on évoque souvent aussi le stress et le burn-out. Or, il s'agit plus de mettre les choses dans la bonne perspective que d'établir un lien de causalité. Quoi qu'il en soit, l'agilité est une condition indispensable pour affronter cette problématique et, de manière plus générale, pour permettre à notre pays, nos entreprises et nos citoyens de relever les défis socio-économiques futurs. Le travail est une source de revenus, mais aussi un moyen de créer des liens sociaux, un moyen de développement personnel et un élément important de l’identité (Mark Elchardus, professeur de sociologie de la Vrije Universiteit Brussel). Il est donc grand temps de donner une image positive du travail.

Une société en mutation constante requiert des entreprises flexibles et agiles, capables d’innover facilement et de se réinventer pour pouvoir s’adapter au marché d’aujourd’hui et de demain. La capacité à attirer, engager et surtout fidéliser des talents est déterminante pour l’innovation et la compétitivité (ce qu’on appelle ‘the war on talent’). Si nous voulons que les travailleurs apportent une contribution productive et ne décrochent pas, nous devons être attentifs à tous les aspects de l’emploi et du travailleur, aujourd’hui et plus tard. Des travailleurs enthousiastes qui travaillent avec plaisir et fierté sont un atout pour l’entreprise et pour eux-mêmes.

Un constat intéressant du Prof. Ans De Vos (AMS) mérite d’être épinglé : « Les résultats mettent également une ligne de rupture en évidence en ce qui concerne le statut et les fonctions. Ceux qui ont plus de prise sur le contenu de leur emploi (indépendants par rapport aux salariés ; cadres par rapport aux ouvriers et aux employés exécutants) sont plus nombreux à répondre positivement concernant les quatre piliers. Il faut se montrer plus attentif aux groupes de travailleurs qui effectuent un travail de nature plus exécutive. » Autrement dit, nous ne devons plus nous soucier uniquement du ‘hardware’ mais aussi du ‘software’ de la relation de travail.

Construire une carrière durable et rationnelle est une responsabilité partagée et requiert des initiatives dans les deux sens. Le moyen le plus efficace est d’employer les gens en fonction de leurs talents et de leurs aptitudes, compte tenu de leurs besoins et de leurs aspirations personnels. Mais cela implique également que le travailleur prenne l’initiative et prenne sa carrière en main. Œuvrer à des emplois intéressants est assorti d’un triple win : cela s’avère bénéfique pour le travailleur, l’entreprise et la société.

FEB – Le fait qu’un travail soit intéressant est une réalité individuelle ; il n’existe pas de solution (collective) toute faite pour conférer cette dimension de travail intéressant à l’emploi de tous les travailleurs. Le travail sur mesure et l’agilité de l’individu et de l’organisation sont nécessaires à tous les niveaux de l’organisation de l’entreprise. Cela requiert de la liberté dans la politique RH et de la flexibilité pour trouver des solutions appropriées sur le terrain afin de concilier les besoins de l’entreprise et ceux du travailleur. Le rôle des autorités consiste à stimuler, faciliter, faire évoluer les mentalités et garantir un droit du travail moderne et un marché du travail dynamique.

> Cliquez ici pour lire en ligne le Magazine REFLECT Agility@Work
> Cliquez ici pour accéder aux résultats de l’enquête menée par l’Antwerp Management School


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.