6 raisons de trouver une solution pour l’aéroport de Zaventem

Ces dernières semaines, on nous rebat les oreilles avec les problèmes de Zaventem. Le 22 février, le gouvernement bruxellois appliquera les nouvelles normes de bruit que les avions ne peuvent dépasser au décollage et à l’atterrissage et cela nous inquiète. Le Groupe des Dix, dans son ensemble, a déjà plaidé pour une solution à élaborer après concertation entre les autorités fédérales et régionales.

Pieter Timmermans, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ
15 février 2017

La FEB tient à rappeler pourquoi l’aéroport de Zaventem, deuxième pôle de croissance de notre pays, est tellement important. Saviez-vous que :

1. Brussels Airport occupe directement 20.000 travailleurs de toutes les régions du pays ? 2.400 travailleurs viennent de Wallonie et 3.000 de la Région de Bruxelles-Capitale, ce qui fait de l’aéroport le premier employeur privé pour les Bruxellois. Il va donc de soi que l’aéroport a une importance économique vitale pour toutes les régions du pays, tant pour les emplois très qualifiés que pour les emplois peu qualifiés.

 2. L’aéroport génère 40.000 emplois indirects, principalement à Bruxelles ? En effet, de nombreux voyageurs se rendent dans notre capitale où ils mangent, boivent et vivent. Les aéroports ne sont-ils pas les pôles de croissance de l’avenir ? Plus de passagers signifient plus de tourisme. Plus de tourisme signifie plus de consommation dans notre pays, ce qui ne peut qu’être positif pour l’horeca. Une perspective que Bruxelles ne peut certainement pas bouder après le 22 mars de l’année dernière.

 3. L’aéroport peut encore doubler le nombre d’emplois directs et indirects grâce à un plan établi en concertation avec tous les acteurs concernés ?

 4. Les normes de bruit et les amendes bruxelloises ont déjà eu un lourd impact négatif sur l’emploi à l’aéroport ? Ainsi, depuis 2007, on a perdu environ 4.500 emplois directs et indirects. Et nous n’avons encore rien dit de l’image de notre pays auprès des investisseurs futurs.

 5. La pollution sonore a déjà sensiblement diminué ? Ainsi, globalement, il y a moins de vols depuis 2000 et moins de vols de nuit qu’en 2007. De plus, l’aéronautique est un secteur innovant, qui a déjà fait d’importants investissements dans des avions moins bruyants. Il n’en reste pas moins que, lors de l’élaboration d’une solution définitive, il faudra être attentif à la qualité de vie et au repos des riverains.

 6. L’Air Force 1 du Président Trump risquerait beaucoup de subir une amende en cas de départ éventuel de Zaventem ? En effet, selon les normes bruxelloises, son avion serait trop bruyant. Quelle que soit notre opinion au sujet du président américain, il est probable que les obligations internationales des États-Unis l’amèneront à faire plusieurs visites dans notre pays.

Lors de l’élaboration d’un accord, il faudra trouver un équilibre entre l’importance économique de l’aéroport, la sécurité des avions au décollage et à l’atterrissage et les conditions de vie des riverains.

La FEB préconise donc une solution commune qui offre la sécurité. Nous pouvons abaisser l’impôt des sociétés pour attirer les investisseurs étrangers, mais si nous ergotons entre nous, nous ne parviendrons pas à valoriser nos atouts.

Dans ce cas, les éventuelles réformes seront un coup dans l’eau.

Pieter Timmermans, administrateur délégué


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.