social academy : Un dialogue constructif avec les syndicats

Quelle est, dans la société actuelle, la valeur réelle de la concertation sociale sur le terrain ? Qu’attend la nouvelle génération de travailleurs et d’employeurs ? Comment les partenaires sociaux voient-ils leur rôle futur dans les entreprises ? Nous l'avons demandé aux délégués syndicaux actifs dans les entreprises proprement dites. Lors de cette session, nous avons mené un dialogue détendu. Le but n’était pas la confrontation, mais bien l’inspiration et l’échange de points de vue et de bonnes pratiques. Conclusion : "Nous devons bien davantage parler de manière informelle. Et pourquoi ne pas organiser une formation commune ?".

06 novembre 2017

Pour la neuvième année consécutive – et cette saison une nouvelle fois en partenariat avec SD Worx –, la FEB organise la social academy, à savoir une série de séances académiques au cours desquelles les responsables et décideurs (managers, CEO, responsables RH, …) peuvent compléter leurs connaissances et aptitudes en matière de concertation sociale au sein de l'entreprise. Lors de cette 7e session 'La concertation sociale dans, par et pour l'entreprise', nous nous sommes littéralement assis autour de la table avec les représentants syndicaux. Dans quel but ? Pour comprendre la (les) vision(s) syndicale(s) concernant les conditions de succès du dialogue social en entreprise. 

Pas de militants grévistes
Les trois délégués syndicaux présents – le secrétaire général du SETCA/BBTK a dû annuler en dernière minute – ont tout d'abord donné leur vision sur l'affirmation : 'Les syndicats/les employeurs n’évoluent pas avec leur temps'. Tom Van Looy (chef du service Vorming & Beweging d'ACV Halle-Vilvoorde & Leuven) est convaincu qu'il faut évoluer vers un syndicalisme plus moderne où les syndicats ont également leur part de responsabilité dans le bien-être de l'entreprise. "La croissance et les bénéfices ne sont pas des mots honteux. Reste à savoir comment et à qui ils doivent profiter." Il appelle les employeurs à faire suivre des formations à leurs délégués "car il est préférable d'avoir des personnes bien formées qui osent remettre plein de choses en question en connaissance de cause plutôt que de purs militants grévistes. Vous ne pensez pas ?"

Faire primer l'intérêt commun
Vic Van Kerrebroeck (secrétaire national ACV-LBC) constate que "dans un monde qui évolue rapidement et devient sans cesse plus complexe, il est de plus en plus difficile de mener un dialogue constructif".Employeurs et syndicats se penchent tous deux sur les grands défis sociétaux, mais ils n'arrivent pas à suivre."Le modèle de concertation actuel a toujours ses mérites et reste défendable, mais la confiance qui est à la base de cette concertation est mise à rude épreuve." Dominique Calistri (représentant du personnel CGSLB chez AXA) ne partage pas vraiment cet avis. Fort de 30 années d'expérience dans le monde syndical, il estime pour sa part que tant les employeurs que les syndicats vivent avec leur époque, ont connaissance des besoins et sont généralement – quoi qu'on en pense –- sur la même longueur d'onde en ce qui concerne l'objectif final. "Le problème est que souvent, ils ne parviennent pas à se mettre d'accord sur la manière de procéder et le timing pour atteindre ces objectifs." Son expérience lui a appris que dès lors qu'une vision ou un intérêt commun se dégage - après un processus long et laborieux, les deux parties gagnent pas mal de temps et progressent ensemble.

Cinq postulats
Ensuite a eu lieu un débat ouvert en petits groupes. La modératrice Annick Hellebuyck (premier conseiller FEB) a formulé cinq postulats et chaque groupe a partagé ses conclusions avec les autres participants.

  1. Identité : Les syndicats/les employeurs se préoccupent davantage de leur propre continuité que de l’intérêt général.
  2. Valeurs : «Les syndicats/les employeurs se méfient l’un de l’autre.
  3. Capacités : Les syndicats/les employeurs restent figés dans des rôles traditionnels.
  4. Comportement : Les syndicats sont trop protégés ; ils n’assument pas leurs responsabilités dans l’entreprise.
  5. Environnement : Les syndicats/les employeurs ne se donnent pas le temps ni les moyens nécessaires pour permettre un dialogue social de qualité.

Pour chaque thème, les conclusions étaient très variées et intéressantes. Elles ont ouvert les yeux de toutes les parties ou brisé des perceptions surannées. Tous les groupes s'accordaient au moins sur les quelques messages suivants :

- De nombreuses candidatures aux élections sociales sont abusivement posées et constituent un véritable blocage ;
- La protection contre le licenciement est trop large et la jurisprudence couvre excessivement les fautes commises par les délégués ;
- Les organisations syndicales doivent absolument amorcer le virage du XXIème siècle car elles manquent de vision à moyen et long terme;
- Les partenaires sociaux doivent garder davantage le ‘lead’ sur leur mission et ne pas se laisser déposséder par le gouvernement.

Les participants ont fortement apprécié les opportunités de réel dialogue avec les représentants syndicaux présents. Tous souhaitent renouveler et approfondir ce type d’échanges informels avec les syndicats. Une piste pour la social academy 2018 ?

Quand on sait que la confiance est le pièce centrale du puzzle du dialogue social, cette session a permis d’ouvrir des pistes pour développer, chacun à son niveau, les ingrédients construisant la confiance pas à pas : la crédibilité (expertise), la fiabilité (responsabilité), l’intimité (contacts informels) et l’intérêt commun.

Vous trouverez plus d’information sur les prochaines sessions de la social academy sur le site www.socialacademy.be. Vous souhaitez être informé(e) de chaque nouvelle session ? Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.