social academy : Un salaire (plus élevé) est-il un bon facteur de motivation ?

En posant la question 'Un salaire (plus élevé) est-il un bon facteur de motivation ?', les orateurs de la session ‘Stratégie salariale’ de la social academy ont d’emblée donné le ton. Ils n’y ont pas apporté de réponse univoque, car il n’en existe pas. Au cours de la discussion, orateurs et participants n’ont évité ni les tabous ni les oppositions, ce qui a stimulé l’échange d’idées et de conseils. Et de conclure : un salaire plus élevé – que ce soit collectivement (CCT 90) ou individuellement – ne produit les effets espérés que s’il s’inscrit dans une politique intégrée de rétention et de rémunération.

04 février 2014

Pour la sixième année consécutive, la FEB organise la social academy, une série de séances académiques au cours desquelles les responsables et décideurs peuvent compléter leurs connaissances et aptitudes en matière de concertation sociale. Au cours de la session consacrée à la stratégie salariale, Patrick Vermeren (PerCo) a jeté le pavé dans la mare en affirmant qu'un salaire plus élevé n'est absolument pas un facteur de motivation idéal. Sa recherche d'une politique salariale saine est inspirée de la psychologie évolutionnaire.

La recherche mondiale casse un certain nombre de mythes en matière de salaires. Ainsi, on a tort de croire que les gens restent plus longtemps quand ils sont mieux payés ou que les incitants financiers permettent d'améliorer les performances de chacun. À quelques exceptions près, la réalité démontre l’inverse. “La politique salariale doit correspondre à l'objectif véritable de l'entreprise. À long terme, investir dans la collaboration et les objectifs collectifs débouche sur une meilleure productivité et de meilleurs résultats, ainsi que sur un absentéisme réduit.” Quelques conseils : maintenez des écarts salariaux aussi faibles que possible, agissez de manière correcte et transparente. Les différences équitables sont tolérées, à l’inverse d’une trop grande tension salariale qui est contreproductive. Enfin, osez rectifier le tir en cas de fraude ou d’abus.

CCT 90 vs. rémunération en fonction de l’âge
Pour sa part, Sylvie Van den Eynde (Delhaize Belgique & Luxembourg) croît au levier de la rémunération variable. “Dans le secteur de la distribution, la plupart des collaborateurs sont encore payés sur la base de barèmes. L'octroi de bonus salariaux en fonction de la réalisation des objectifs communs de l'entreprise améliore l'implication, la collaboration et les prestations.” Un plaidoyer pour une application intelligente de la CCT 90 en équilibre avec une rémunération fondée sur les compétences.

Marie-Noëlle Vanderhoven
(FEB) a comparé les avantages et les inconvénients de la CCT 90 (objectifs collectifs et bonus) à ceux de la rémunération barémique en fonction de l’âge/de l’ancienneté. La balance penche nettement, selon son analyse, en faveur de la stratégie collective. "Dans les barèmes salariaux, le lien entre la productivité et la rémunération est rompu. Ceci est parfois très démotivant pour les travailleurs, surtout en période de modération salariale.” La CCT 90 offre une alternative et a le grand avantage d’être liée aux résultats, de ne pas introduire de droits acquis, de s’appliquer de manière simple et flexible et d’être intéressante fiscalement. À condition que l’objectif soit bien choisi, c’est-à-dire qu’il constitue un défi suffisant et motive.

Une initiative fondée sur la CCT 90 doit-elle tenir compte des différences actuelles entre ouvriers et employés en termes de formation des salaires ? Où est-il préférable de l'appliquer de la même manière à tous ? La réglementation actuelle n'est pas claire. Le statut unique va-t-il changer la donne ? “Non, pas immédiatement. Mais cela sera peut-être l’occasion de repenser les systèmes existants.” Pour éviter toute prise de risque, Marie-Noëlle Vanderhoven préconise une application identique.

Vous trouverez plus d’information sur les prochaines sessions de la social academy sur le site www.socialacademy.be. Vous souhaitez être informé de chaque nouvelle session ? Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.

Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.