FEB Communiqué de presse

09 octobre 2017
NL

Pensions : pas de régime ingérable en faveur des métiers lourds

Ce midi, les partenaires sociaux se sont réunis au sein du Comité national des pensions et ont formulé un avis partagé dans le dossier des métiers lourds. La position de la FEB n'a pas changé : pour garantir le financement de notre sécurité sociale, nous devons appliquer la règle générale d'une carrière de 45 ans via la mise en œuvre du système à points. Par la suite seulement, nous pourrons si nécessaire définir des exceptions sur la base de critères objectifs.

Si l'exception devient toutefois la règle, tout le monde exerce un métier lourd et la réforme perd alors tout son sens. Il est important de s'en tenir au cadre convenu entre partenaires sociaux, à savoir mener des discussions au sein du Comité national des pensions sur la base de quatre critères 'possibles' (travail physiquement lourd, organisation du travail accablante, risques accrus en termes de sécurité et charge mentale ou émotionnelle). Car, il n’y a pas encore d’accord concernant le 'risque de sécurité accru' et la 'charge émotionnelle'.

Nous devons par ailleurs respecter les limites budgétaires fixées par le gouvernement fédéral et tenir compte d'autres régimes existants pour les métiers lourds, comme les emplois de fin de carrière et la prépension, car nous ne pouvons continuer à multiplier les régimes d'exception.

Il ressort des auditions au Conseil national des pensions qu'il n'est pas évident de mettre en place une telle réforme sur la base de critères individuels. La FEB juge dès lors préférable de se baser sur des critères objectifs, mesurables et contrôlables tels qu'une occupation de longue durée en régime de nuit, dont l'impact potentiel sur la santé est prouvé (tout comme sa fréquence et l'âge du travailleur).

Vu les propositions nettement excessives des syndicats (80 critères, en conséquence de quoi tout le monde exerce un métier lourd !), impliquant de nombreuses démarches administratives additionnelles pour les employeurs et de lourdes conséquences budgétaires, il n'a malheureusement pas été possible de trouver une solution commune. L'écart entre les approches patronale et syndicale était trop important. Les deux positions seront donc communiquées au gouvernement dans un rapport et il appartiendra au monde politique de se prononcer.

‘Les employeurs peuvent prendre beaucoup de mesures pour rendre leur organisation du travail suffisamment faisable et résistante à l'épreuve du temps. Les travailleurs peuvent parfois changer de fonction, se recycler et être engagés dans d'autres secteurs en manque de personnel. A cela s'ajoute la loi sur le bien-être qui contraint les employeurs à analyser, prévenir et remédier aux risques de santé et de sécurité. Les progrès technologiques ont allégé bon nombre de tâches. Il est inadmissible de vider les réformes des pensions de leur substance par des régimes en faveur des métiers lourds et de continuer à multiplier les exceptions. Tout le monde n’exerce pas un métier lourd.’, conclut Bart Buysse, directeur général de la FEB.



BART CROES / SOPHIE SINE
COMMUNICATION & EVENTS
09 OCTOBRE 2017
Contact
du service de presse
Bart Croes - T + 32 2 515 08 77 | bcr@vbo-feb.be
Sophie Sine - T + 32 2 515 08 03 | ssi@vbo-feb.be
Porte-parole des entreprises de Belgique, la FEB représente – au travers d’une quarantaine de fédérations sectorielles membres – plus de 50.000 petites, moyennes et grandes entreprises. Ensemble, elles assurent 75% de l'emploi dans le secteur privé, 80% des exportations et 2/3 de la valeur ajoutée créée en Belgique. Seule coupole d’employeurs au niveau interprofessionnel, la FEB représente les entreprises des trois Régions du pays.
Se désinscrire    -    View in browser

Disclaimer    -    Contact    -    Imprimer    -    Vie privée
Share
Tweet
Partager via e-mail

 
FEB ASBL
Rue Ravenstein 4
B - 1000 Bruxelles
Tel + 32 2 515 08 11

info@vbo-feb.be