L’Europe entend relever ses ambitions climatiques

Dans son premier discours sur l’état de l’Union en tant que présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a plaidé pour une union de la santé plus forte, des objectifs climatiques plus ambitieux, un nouveau pacte migratoire et un plan d’action contre la haine et le racisme afin de construire « le monde dans lequel nous voulons vivre ». Elle a d’emblée concrétisé son projet de rendre les objectifs climatiques plus ambitieux en annonçant que l’Europe entend porter l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre à 55%.


Sebastiaan Marien, CENTRE DE COMPÉTENCE ÉNERGIE, CLIMAT & MOBILITÉ
21 septembre 2020

Depuis sa nomination à la présidence de la Commission, Ursula von der Leyen a clairement indiqué qu’une politique climatique ambitieuse serait une des priorités de la Commission européenne. Elle a précisé comment la Commission comptait concrétiser cette ambition lors de la présentation de son European Green Deal, divulgué stratégiquement lors de la COP à Madrid le 11 décembre 2019. à cette occasion, Frans Timmermans, vice-président de la Commission chargé de la coordination de toutes les activités relatives au Green Deal, avait entre autres formulé l’objectif de faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre à l’horizon 2050. 

Le 16 septembre dernier, dans son discours sur l’état de l’Union, Ursula von der Leyen a annoncé vouloir relever l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 à 55% d’ici à 2030. Elle estime que cette adaptation est nécessaire pour réaliser la neutralité climatique d’ici à 2050 et pour atteindre l’objectif de 1,5°C prévu dans l’accord climatique de Paris. Pour concrétiser ces ambitions climatiques plus strictes, la Commission prévoit d’adapter et de modifier toutes les législations climatiques y afférentes pour l’été 2021. 

Même si la présidente de la Commission s’est donc déjà fortement prononcée en faveur d’une révision à la hausse des ambitions climatiques européennes, l’analyse d’impact d’un relèvement de l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 à 55% ne sera disponible qu’à la fin du mois. Or, seuls les résultats de cette étude sont à même de faire comprendre à tous quelles seront les conséquences d’un tel relèvement et quels efforts seront requis à tous les niveaux. 

Lorsqu’elle évoque l’adaptation des législations climatiques, Ursula von der Leyen pense notamment à la directive sur l’efficacité énergétique (EED), la directive sur les énergies renouvelables (REDII) et la directive sur la taxation énergétique (ETD). Parallèlement, elle prévoit aussi l’introduction d’un mécanisme de carbon border adjustment. La FEB suit toutes ces adaptations et ne manquera pas de faire entendre la voix de ses membres via les consultations publiques qui seront organisées.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.