Sécurité d’approvisionnement et durabilité des matières premières critiques

La Commission européenne (CE) publie depuis 2011 une liste des matières premières critiques. Cette liste est mise à jour tous les trois ans, mais l’édition 2020 est accompagnée d’un véritable plan d’action et d’études prospectives pour 2030 et 2050.


Aarnout Ecker , CENTRE DE COMPÉTENCE DURABILITÉ & ÉCONOMIE CIRCULAIRE
08 septembre 2020

La CE qualifie des matières premières de critiques si elles ont un poids économique important et que leur approvisionnement peut être compromis. Conserver un accès ininterrompu à ces matières représente un enjeu stratégique pour l’Union européenne, notamment à la lumière du Green Deal européen.

En 2020, 83 matières premières ont été analysées et 30 ont finalement été retenues. La bauxite, le lithium, le titane et le strontium font leur entrée dans la liste pour la première fois tandis que l’hélium la quitte. Il convient de souligner que, pour toutes ses projections, la CE part de scénarios de neutralité climatique à l’horizon 2050.

Le plan d’action présenté aujourd’hui par la CE s’appuie sur des stratégies et projets européens existants tels que la stratégie industrielle, le nouveau plan d’action pour l’économie circulaire et l’alliance européenne pour les batteries. Cela ressort d’ailleurs nettement dans la description des 10 actions :

  1. Créer une alliance européenne pour les matières premières portée par le secteur, dans un premier temps afin de renforcer la résilience et l’autonomie stratégique ouverte de la chaîne de valeur des terres rares et des aimants ;
  2. Définir des critères de financement durable pour les secteurs de l’exploitation minière, de l’extraction et de la transformation ;
  3. Lancer des activités de recherche et d’innovation sur les matières premières critiques en matière de traitement des déchets, de matériaux de pointe et substitution, etc. ;
  4. Recenser les possibilités d’approvisionnement de matières premières secondaires critiques provenant des stocks et des déchets de l’UE et déterminer des projets de récupération viables ;
  5. Identifier les projets d’exploitation minière et de transformation, les besoins d’investissement, et les possibilités de financement connexes dans l’UE qui peuvent être opérationnels d’ici à 2025 ;
  6. Renforcer l’expertise et les compétences en matière de technologies d’exploitation minière, d’extraction et de traitement ;
  7. Déployer des programmes d’observation de la Terre et de télédétection pour l’exploration des ressources, la phase opérationnelle et la gestion environnementale après fermeture ;
  8. Élaborer des projets de R&I sur les procédés d’exploitation et de transformation des matières premières critiques afin de réduire les incidences sur l’environnement ;
  9. Mettre en place des partenariats internationaux stratégiques et les fonds qui s’y rattachent afin de garantir un approvisionnement diversifié et durable en matières premières critiques ;
  10. Promouvoir des pratiques d’exploitation minière responsables pour les matières premières critiques grâce au cadre réglementaire de l’UE et à la coopération internationale dans ce domaine.

La plupart de ces actions seront finalisées ou lancées au cours des deux prochaines années. Il est donc important que tous les secteurs concernés évaluent le plus rapidement possible le rôle qu’ils ont à jouer dans le cadre de ce plan d’action.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.