Le premier discours d’Ursula von der Leyen sur l’état de l’Union

Ursula von der Leyen a fait sa première déclaration politique devant le Parlement européen. Après une première année mouvementée pour la nouvelle Commission, elle met tout en œuvre pour convertir la ‘fragilité’ en ‘vitalité’.


Mika Camps, CENTRE DE COMPÉTENCE EUROPE & INTERNATIONAL
22 septembre 2020

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a fait mercredi dernier son premier discours sur l’état de l’Union. Dans un speech de moins de quatre-vingts minutes, elle a abordé de nombreux thèmes qui, selon la Commission, seront importants au cours des prochaines années pour créer un monde « dans lequel nous voulons vivre ».

La déclaration n’a guère suscité de surprises. Ainsi, Ursula von der Leyen a confirmé les nouvelles ambitions climatiques du Green Deal et notamment l’augmentation de l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre (de 40% à 55% à l’horizon 2030, exposé plus en détail ici) et la création d’un Border Adjustment Mechanism.

Sur le plan socio-économique, Ursula von der Leyen a annoncé la création d’un cadre légal pour les salaires minimums, alors qu’il s’agit d’une compétence des États membres. Elle a aussi annoncé un plan stratégique en vue de réaliser un espace Schengen pleinement opérationnel garantissant la liberté de mouvement. Dans ce cadre, la stratégie industrielle et la politique de concurrence de l’Union seront revues. Un impôt numérique européen est également envisagé dans l’hypothèse où l’OCDE ne trouverait pas de solution d’ici la fin de l’année.

Ursula von der Leyen veut faire de l’Europe un leader mondial du numérique, avec de gros investissements dans une nouvelle génération de superordinateurs et des règles précises concernant l’utilisation de l’intelligence artificielle afin de garantir à l’Union sa souveraineté numérique.

Par ailleurs, la réforme de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Organisation mondiale du commerce figure parmi les priorités de la présidente qui remet ainsi en exergue l’engagement européen en faveur du multilatéralisme.

La présidente a aussi abordé de nombreux autres sujets. Au cœur de la crise sanitaire actuelle, elle a plaidé pour une union sanitaire européenne plus forte, avec entre autres la création d’une agence de recherche biomédicale européenne et l’organisation d’un Global Health Summit en Italie l’an prochain. Elle a aussi annoncé un nouveau pacte de migration et un plan d’action contre la haine et le racisme.

FEB - La FEB prend acte des annonces d’Ursula von der Leyen et attend particulièrement la concrétisation des nouveaux objectifs climatiques et la poursuite de l’intégration du marché intérieur. S’il est vrai qu’une vaste étude sur un ‘revenu minimum’ peut être précieuse, la FEB souligne une nouvelle fois l’importance de la concertation sociale en la matière et le rôle central que doit y jouer le Semestre européen. Quoi qu’il en soit, la FEB suivra de près les réformes annoncées et elle y réagira en temps utile – en étroite concertation avec ses membres.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.