UE/R.-U. : le temps presse

Lors d’une rencontre à haut niveau entre le Premier ministre britannique et les présidents de la Commission, du Parlement et du Conseil européen ce lundi 15 juin, l’UE et le R.-U. ont confirmé leur volonté d’accélérer le tempo des négociations sur la future relation, afin de tenter de clôturer le processus d’ici au 31 décembre.


Olivier Joris, CENTRE DE COMPÉTENCE EUROPE & INTERNATIONAL
17 juin 2020

Cette rencontre, prévue de longue date, faisait néanmoins suite à l’annonce, par le R.-U., de son refus d’envisager une prolongation de l’actuelle période de transition « statu quo » (durant laquelle le R.-U., bien qu’ayant quitté officiellement l’UE le 31 janvier dernier, reste temporairement membre du marché intérieur et de l’union douanière). Cette période (durant laquelle rien n’a changé pour les opérateurs économiques) se terminera donc le 31 décembre prochain, avec ou sans accord sur la future relation, commerciale notamment.

FEB - La FEB est très préoccupée par le fait que les 4 rounds de négociations organisés ces derniers mois n’ont pas permis de dégager des premiers résultats majeurs. Or le temps presse, a fortiori à présent que la perspective d’une prolongation de la transition au-delà du 31 décembre est écartée. Pour rappel, la FEB appelait de ses vœux pareille extension afin de donner plus de temps à la négociation. Et d’éviter un scénario « cliff-edge » au 1er janvier prochain, où, par manque d’accord commercial, les relations seraient notamment basées sur les droits de douane (dans certains cas fort élevés) convenus à l’OMC. La FEB prend donc note de l’accélération du calendrier des pourparlers et espère que ce nouveau « momentum » permettra aux deux parties d’entrevoir rapidement les contours d’un accord commercial équilibré et ambitieux, assorti de garanties claires en matière de saine concurrence et d’intégrité du marché intérieur. De plus, elle invite les autorités et les entreprises à accélérer les préparatifs des changements qui vont automatiquement survenir au 1er janvier – avec ou sans nouvel accord commercial - dès lors que le R.-U. aura quitté le marché intérieur et l’union douanière. Ces changements portent notamment sur les procédures douanières ou les règles en matière de TVA ou d’accises. Et ici aussi le temps presse puisque certaines de nos entreprises qui exportent vers le R.-U. n’ont aucune expérience avec le fait de commercer avec un pays non européen.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.