Never change a winning team

Chaque jour, la recherche et le développement permettent de semer les graines de notre croissance et de notre prospérité futures. En effet, notre pays ne dispose plus que de maigres ressources à tirer du sous-sol, de la mer ou de l’air. Sa réelle plus-value se situe en moyenne à 1,7 mètre au-dessus de la terre ferme : talents, connaissances et créativité, des denrées très prisées sur notre marché du travail. Ces qualités sont ensuite utilisées pour mener des activités de recherche et développement (R&D). De nouvelles idées émergent de ce processus et permettent de relever les défis actuels, tels que le vieillissement de la population, le changement climatique, la fracture numérique, les crises sanitaires ou les tensions géopolitiques. Ces défis sont loin de s’être estompés ces derniers temps.


Pieter Timmermans, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ
19 avril 2022

Nos décideurs politiques l’ont bien compris au cours des quinze dernières années, si bien que nous pouvons aujourd’hui réellement récolter les fruits des différents mécanismes de soutien mis en place. Petit à petit, la Belgique est devenue une véritable référence en matière de R&D en Europe. Sur notre continent, seules la Suède et l’Allemagne font mieux, une prouesse que la Corée du Sud et le Japon ont également su reproduire à l’échelle mondiale.

Un bond impressionnant en dix ans

Or, il n’en a pas toujours été ainsi. Il y a un peu plus de dix ans, en 2009, la Belgique faisait encore partie du milieu du peloton en Europe. Cette période a été suivie d’un grand bond en avant : la recherche et le développement conduits par nos autorités, nos établissements d’enseignement, le secteur privé à but non lucratif et les entreprises ont alors augmenté en moyenne de 4,7% par an. En termes d’emploi, on constate aussi une forte augmentation : le nombre de chercheurs actifs a plus que doublé en vingt ans. En dix ans, le nombre de demandes de brevet de la Belgique à l’Office européen des brevets a augmenté progressivement jusqu’à 19%. Et c’est surtout l’augmentation du nombre de brevets octroyés qui importe. Et celui-ci a plus que doublé.

Spécialisation en R&D et prospérité économique

La recherche et le développement gagnent donc en importance en Belgique. Il s’agit d’une source majeure d’investissements et d’un employeur important dans notre économie de la connaissance. La R&D débouche également de manière concrète sur des innovations déployables en Belgique. Et cela, il ne faut surtout pas l’oublier. La R&D nous permet d’affiner le principe du « mesurer, c’est savoir », même si c’est finalement sur ce « savoir » que nous devons nous concentrer. L’investissement dans la R&D doit, par définition, conduire à la prospérité économique de demain.

Et nous percevons des signaux positifs à cet égard également. Par rapport aux autres pays d’Europe occidentale, nos principaux secteurs clés investissent en moyenne davantage dans la R&D, ce qui se reflète dans leur importance dans l’économie belge. Ainsi, à l’avenir, lorsque nous parlerons de R&D, il conviendra de penser non seulement à nos secteurs de la biotechnologie et de la pharmacie, mais aussi à ceux de l’alimentation, des banques et assurances, de la construction, du commerce de détail et autres secteurs de services, qui consentent également des efforts considérables en faveur de l’innovation. On ne soulignera donc jamais assez l’importance d’une activité intense en matière de R&D en Belgique.

On ne change pas une équipe qui gagne

Grâce aux efforts des entreprises, du monde universitaire et des politiques belges, notre pays investit pour la première fois 3% de son PIB dans la R&D, tandis qu’en parallèle, nous disposons d’un régime fiscal de premier ordre pour maintenir notre capacité d’innovation. Quatre instruments fiscaux sont au cœur de cette politique de soutien :

1) la déduction pour innovation (les revenus de l’innovation sont moins taxés) ;

2) le crédit d’impôt R&D (les investissements dans les brevets, l’innovation et la recherche verte ou respectueuse de l’environnement sont moins taxés) ;

3) le régime des expatriés pour les chercheurs étrangers ;

4) la dispense de versement du précompte professionnel pour les chercheurs.

Ensemble, ces mesures constituent le fondement de la compétitivité de notre pays et s’inscrivent pleinement dans l’objectif des différents niveaux de pouvoir : mettre un terme à l’érosion de notre croissance économique et donc de la prospérité du pays.

Réfléchir avant d’agir

Malheureusement, ces perspectives de prospérité sont menacées par la remise en question de la politique de soutien fiscal à la R&D par le Bureau du plan et la Cour des comptes, entre autres. La réforme internationale de la fiscalité dans le cadre de l’impôt minimum sur les entreprises fait également peser une hypothèque sur les mesures de soutien à la R&D.

Est-ce ce que nous souhaitons ? Notre pays peut-il se permettre une telle érosion ? Nous devons à tout prix éviter de revenir dix ans en arrière et de perdre notre statut de référence dans ce domaine. Car, soyons clairs, sans mécanismes de soutien, nous nous exposons à une fuite des cerveaux et à une délocalisation des centres de R&D belges des entreprises nationales et étrangères, tout en affaiblissant le pouvoir d’innovation des clusters et écosystèmes économiques existants et futurs.

La réduction des incitants fiscaux peut sembler budgétairement intéressante aujourd’hui, mais à moyen terme, elle pourrait causer à notre pays un préjudice irréparable. Nous devons préserver au mieux les piliers fiscaux de notre politique de R&D que nous avons bâtie au fil des ans et qui a largement fait ses preuves. C’est pourquoi nous demandons aux décideurs politiques de défendre fermement nos intérêts et nos atouts en matière de R&D auprès de l’OCDE, de l’Europe et au niveau national.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB et communiqués de presse

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.