Les atouts du commerce international

Il est rare qu’un accord de libre-échange domine la sphère publique et les médias dans notre pays. Or, l’opposition wallonne au traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (le CETA) faisait la une de tous les journaux en 2016. Dans notre livre « Entreprendre pour la prospérité – 125 ans FEB », le ministre-président de l’époque Paul Magnette (PS) témoigne avec franchise de la motivation sous-jacente à ce blocage.


Pieter Timmermans, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ
14 octobre 2020

Aussi pénible fût son accouchement, le volet commercial du Comprehensive Economic and Trade Agreement est malgré tout entré en vigueur en septembre 2017. Et que voit-on ? Des grandes inquiétudes de l’époque, il ne subsiste plus rien trois ans plus tard. Au contraire. Nous ne sommes pas confrontés aujourd’hui à d’énormes importations problématiques depuis le Canada, et le droit de réguler des autorités nationales n’est évidemment pas remis en cause. De plus, nos exportations vers le Canada ont amorcé une solide progression qui nous a valu de retrouver une balance commerciale positive avec ce pays, comme nous n’en avions plus connu depuis longtemps. Preuve une fois de plus de la valeur et des effets positifs des traités commerciaux que l’UE conclut avec ses partenaires. 

1 emploi sur 5 dépend des exportations
Ces effets positifs revêtent d’ailleurs une importance toute particulière pour notre économie. Plus de 85% de notre PIB, mais aussi la santé d’innombrables entreprises, grandes et petites, dépendent de notre commerce et des investissements réalisés avec nos partenaires, en Europe et ailleurs. De par sa situation géographique, son histoire et la qualité des produits et services de ses entreprises, notre pays est solidement intégré dans de multiples chaînes de valeur. À tel point qu’en Belgique, un emploi sur cinq dépend des exportations hors Union européenne. Les investissements étrangers – européens et internationaux – contribuent en outre à notre capacité d’innovation, à la sécurité sociale et aux finances publiques en général.

Plus de 85% de notre PIB dépend de notre commerce et des investissements avec nos partenaires étrangers 

Libre, juste et réglementé
L’accord du CETA illustre l’importance des traités de libre-échange pour notre pays. Il explique par excellence le plaidoyer de la FEB en faveur d’un système commercial libre, juste et réglementé (« free, fair and rules-based global trade »). Nous n’insisterons jamais assez sur l’importance de cette réalité commerciale, qui fait de notre pays l’une des économies les plus ouvertes au monde. D’autant que cette réalité est encore trop souvent méconnue, voire sciemment niée. En attendant, la saga du Brexit et les tensions commerciales et géopolitiques soumettent le modèle européen et global du libre-échange à une pression de plus en plus forte. Une guerre commerciale plane par ailleurs sur l’Europe et les États-Unis si certains pays venaient à prélever des taxes unilatérales sur les services numériques des sociétés de l’Internet américaines.

Autant d’arguments qui poussent notre centre de compétence Europe & International à continuer à suivre de près les mouvements et traités commerciaux et à partager son expertise et ses constatations avec nos fédérations sectorielles membres et le monde des entreprises. Quels sont les défis commerciaux qui nous attendent à l’échelle internationale ? Quelles opportunités offrent-ils aux entreprises ? Quelle stratégie notre pays suit-il ? Comment évoluent les risques dans les différents pays du monde ? Vous trouverez les réponses dans la toute nouvelle analyse semestrielle de la FEB : Focus International Trade. Son objectif est double : informer la Belgique entreprenante et stimuler le débat objectif à propos de l’impact du commerce international sur notre pays. Ce dernier est tel que nous espérons que le gouvernement fédéral poursuivra ses efforts en faveur du commerce international aux niveaux européen et mondial. En se concentrant sur ses atouts – et non ses difficultés – dans l’intérêt de toutes nos entreprises et de la prospérité de chacun.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.