Observatoire de l’OIT: le COVID-19 et le monde du travail

L’observatoire de l’Organisation internationale du Travail (OIT) a développé un modèle de prévision afin d’estimer l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les marchés du travail. Cette crise, l’une des plus graves depuis la Seconde Guerre mondiale, continue d’affecter la santé et engendre d’importantes perturbations au niveau de l’activité économique et du temps de travail.


Alice Defauw, CENTRE DE COMPÉTENCE EMPLOI & SÉCURITÉ SOCIALE
06 mai 2020

Selon les estimations et la disponibilité des données, les heures de travail ont connu une diminution de 4,5% au premier trimestre de 2020 par rapport à la situation d’avant la crise (trimestre précédent). Cette baisse au niveau de l’activité économique ne s’observe toutefois pas de la même manière dans toutes les régions. En effet, l’impact dépend de la chronologie des épidémies et de la mise en place des différentes mesures de distanciation. Le premier trimestre de 2020 est donc fortement influencé par la situation de la Chine. Une baisse de 6,5% du nombre d’heures travaillées a été enregistrée en Asie, tandis que les autres régions ont vu une diminution qui avoisinait davantage les 2%.

Le deuxième trimestre connaîtrait, quant à lui, une évolution différente au niveau de l’impact géographique. La baisse du temps de travail devrait être encore plus élevée et tournerait autour des 10,5% (par rapport au dernier trimestre de 2019). Toutes les régions sont concernées, avec des diminutions plus importantes observées dans les Amériques (12,4%) et en Europe et Asie centrale (11,8%).

Certains secteurs sont plus vulnérables et plus touchés face à la crise, c’est le cas des services d’hébergement et de restauration, de l’industrie, du commerce de gros et de détail, de l’immobilier et des activités commerciales.

FEB - La situation au niveau du chômage mondial pour 2020 sera fortement dépendante, d’une part, de l’évolution de l’économie mondiale au cours du second semestre et, d’autre part, de l’efficacité avec laquelle les mesures politiques pourront préserver les emplois existants et dynamiser la demande de main-d’œuvre une fois la reprise de l’économie. Une reprise riche en empois servira de base à une croissance durable et partagée.

Baisse estimée en pourcentage du total d’heures travaillées par rapport à la base de référence d’avant la crise (4e trimestre 2019, avec ajustement saisonnier)

 
Source : Modèle de prévision immédiate de l'OIT

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.