125 ans de la FEB – Une crise n’est pas l’autre

À l’occasion de son 125e anniversaire, la FEB a demandé à 25 figures clés issues du monde entrepreneurial et politique belge de témoigner de l’impact de 25 moments charnières sur notre évolution économique. Piet Vanthemsche, chef de cabinet des ministres de l’Agriculture entre 1997 et 2000, évoque la crise de la dioxine survenue en 1999.


Stefan Maes, COMMUNICATION & EVENTS
08 septembre 2020

Piet Vanthemsche, co-président – avec le gouverneur de la Banque nationale Pierre Wunsch – de l'Economic Risk Management Group (ERMG), est un habitué des crises. En 1999, lorsqu’éclate le scandale de la dioxine, il est chef de cabinet du ministre Karel Pinxten et fait alors le constat suivant : « Les autorités n’étaient pas armées pour garantir la sécurité alimentaire. La capacité d’analyse était insuffisante ».

Il dira aussi que la crise de la dioxine a eu un avantage, celui de la création, en 2000, de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA). Mais pour lui, « toutes les leçons ne sont jamais vraiment tirées ». Pour preuve, en 2017, la crise du fipronil et, en 2018, le scandale Veviba. En 2020, dans la gestion de la crise du coronavirus, d’une ampleur sans précédent, Piet Vanthemsche n’a eu de cesse de plaider pour la poursuite du travail et des activités dans le respect des règles essentielles de protection.  

> Découvrez ici le récit de Piet Vanthemsche

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.