125 ans FEB – Le congé parental corona plonge ses racines dans un passé lointain

À l’occasion de son 125e anniversaire, la FEB a demandé à 25 figures clés issues du monde entrepreneurial et politique belge de témoigner de l’impact de 25 moments charnières sur notre évolution économique. L’ancien président du Conseil national du travail, Paul Windey, se penche sur le « crédit-temps », un concept totalement inédit introduit dans notre droit du travail en 1985.


Stefan Maes, COMMUNICATION & EVENTS
30 juin 2020

Les mesures de confinement ont amené le gouvernement fédéral à instaurer le congé parental corona. Jusque fin septembre, celui-ci doit aider les parents à concilier le (télé)travail et la garde des enfants. Aujourd’hui, une telle formule nous semble parfaitement normale, mais elle l’était beaucoup moins à la fin du siècle dernier. Ce n’est qu’en 1985 que les autorités ont introduit le concept d’interruption de carrière comme levier de redistribution du travail. Au début des années 1990, il est également devenu la clé d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie familiale. On a alors ouvert grand la porte à une prolifération de formules de crédit-temps. Celle-ci a toutefois atteint ses limites en 2010… 

> Découvrez ici le récit de Paul Windey 

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletter FEB IMPACT

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.