Creating 2021 for society

2020 avait démarré sur les chapeaux de roue pour la FEB. La Fédération des entreprises de Belgique fêtait ses 125 ans. Cet anniversaire était aussi le moment idéal pour repenser la vision et la stratégie de la FEB. En résumé, sur la base de dix grandes lignes de force, nous concluons une nouvelle alliance avec nos parties prenantes. Celle-ci met l’accent sur le rôle des entreprises dans notre société et sur la manière dont elles créent de la valeur pour la société.


Bart De Smet et Pieter Timmermans, PRÉSIDENT ET ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ
06 janvier 2021

C’est alors que l’impensable s’est produit. Le COVID-19 a fait rage au-dessus de nos têtes comme un ouragan. L’impact sur notre économie est sans précédent. D’emblée, nous avons tout mis en œuvre pour protéger les liquidités de nos entreprises saines. La FEB a ensuite lancé un plan de relance 4x4 turbo, à la fois social, économique, écologique et digital. Pour chacun de ces axes, elle propose quatre mesures de relance afin d’aider notre économie et notre société à se relever. Cela devrait fonctionner si l’on considère la créativité, la résilience et la solidarité avec lesquelles les personnes, les organisations et les entreprises font face à la crise.

Vers un plan de solvabilité ambitieux
Inutile de rappeler notre soulagement lorsque la Belgique s’est dotée d’un gouvernement de plein exercice, juste avant l’éclatement de la deuxième vague. Celui-ci était indispensable pour pouvoir réaliser un solide plan de relance et d’investissement post-COVID. Après avoir absorbé les chocs de la première et de la deuxième vague, nous devons tout mettre en œuvre, au cours des semaines et mois à venir, pour éviter davantage de faillites et de licenciements et pour consolider la solvabilité de nos entreprises. Le monde des entreprises souhaite contribuer à soutenir un tel plan de solvabilité ambitieux, pour que les investissements d’aujourd’hui renforcent la prospérité de demain.

En notre qualité de première organisation patronale du pays, nous mettons l’accent sur différents chantiers en 2021. En temps normal, nous négocions l’accord interprofessionnel à cette époque de l’année. On y détermine notamment la norme salariale pour les deux années à venir. Mais nous traversons une période exceptionnelle et avons donc besoin d’un accord exceptionnel pour rétablir la sérénité sociale et économique. Nous n’en sommes pas encore là, mais il est temps de prendre ses responsabilités. Ainsi, des accords doivent être conclus au sujet des éventuels licenciements et restructurations dans le cadre de la crise du coronavirus. Nous souhaitons une approche moderne en matière de fin de carrière et d’employabilité des travailleurs. Nous voulons plus de flexibilité du travail au sein des entreprises... Un taux d’emploi de 80% sera nécessaire pour préserver notre sécurité sociale.

Enfin, n’oublions pas la répartition de l’enveloppe bien-être. À une époque où les rares fonds publics doivent être affectés le plus efficacement possible, il est préférable de prévoir un peu plus pour un petit groupe qui en a vraiment besoin que de répartir un montant réduit entre un grand nombre de personnes. Voilà un bel exemple de création de valeur pour la société, ‘Creating value for society’.

« Les investissements d’aujourd’hui doivent renforcer la prospérité de demain »


Exploiter au maximum les effets positifs
Cette création de valeur pour la société intègre les intérêts économiques et sociétaux. Cela ressort de toutes les visions politiques que nous élaborons avec nos fédérations sectorielles membres. Ainsi, notre vision mobilité ne se limite pas à la suppression ou la taxation plus forte des voitures de société. Nous sommes en train de finaliser une vision politique sur l’économie circulaire et la manière dont elle peut créer une réelle valeur pour chacun. Une sécurité sociale solide nécessite, quant à elle, un plus grand nombre de personnes au travail et la mise en œuvre de réformes fondamentales de notre marché du travail.

La crise du coronavirus hypothèque lourdement les progrès que nous pourrons réaliser. Même si nous parvenons à maîtriser le COVID-19, ses répercussions sur l’économie se feront encore sentir pendant très longtemps. La FEB et toutes ses fédérations sectorielles membres continuent d’œuvrer pour un climat d’entreprise résistant aux chocs. En 2021, nous devons au maximum limiter l’impact négatif de la crise et en exploiter les effets positifs.

> Lire aussi « Rétrospective et perspectives »

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.