It’s the activity rate, stupid!

Plus d’actifs pour une économie prospère et inclusive, tel est le plaidoyer du Conseil supérieur de l’emploi (CSE) dans son rapport 2019. Un taux d’activité plus élevé avec plus de personnes au travail et de demandeurs d’emploi se traduit à terme par un taux d’emploi plus élevé. C’est une bonne chose pour les personnes (meilleure protection contre la pauvreté), pour les entreprises (les emplois vacants sont pourvus) et la société (financement durable de notre sécurité sociale).


Gianni Duvillier, CENTRE DE COMPÉTENCE EMPLOI & SÉCURITÉ SOCIALE
22 janvier 2020

Une opportunité à ne pas manquer, donc. Le taux d’activité de notre population de 15 à 64 ans a augmenté ces dernières années pour atteindre 68,8% en 2018. La Belgique reste pourtant en dessous de la moyenne de l’UE15 (74,4%) ainsi qu’en dessous du pourcentage affiché dans les 3 pays voisins (DE : 78,6%, FR : 71,9%, NL : 80,3%). Le taux d’activité des différentes catégories d’âge connaît une évolution similaire dans tous les pays : d’abord, une augmentation rapide jusqu’à 30 ans, un pic chez les 30-50 ans et ensuite une nouvelle baisse avec un recul marqué entre 60 et 65 ans selon l’âge effectif de la pension.

En Belgique, le taux d’activité est inférieur à la moyenne des 3 pays voisins pour presque tous les groupes d’âge. L’écart est particulièrement marqué pour les jeunes (15-24) et les plus de 60 ans. De plus, le pic du taux d’activité est plus court chez nous, de 30 à 44 ans, et le taux d’activité commence à fléchir à partir de 45 ans, soit plus tôt que dans d’autres pays. Le constat est presque identique si l’on procède à la même analyse pour les trois Régions séparément. Seule la Flandre supporte la comparaison avec les pays voisins en ce qui concerne le taux d’activité de la population de 25 à 54 ans. Le taux d’activité de la Flandre en 2018 (71,8%) était sensiblement supérieur à celui de la Wallonie (65,5%) et de Bruxelles (63,8%). Afin de pérenniser le financement de notre système de sécurité sociale, il est souhaitable d’augmenter le taux d’activité de la population en âge de travailler, conclut le CSE. Toutefois, si la politique et les comportements ne changent pas, les évolutions démographiques devraient plutôt exercer une pression à la baisse sur le taux d’activité futur.

FEB – Il est manifeste que l’activation doit passer rapidement à la vitesse supérieure. Dans sa vision pour une sécurité sociale durable, la FEB a déjà fait remarquer que trop de talents sont inexploités. Cette situation est néfaste pour nos entreprises qui peinent à trouver les bons collaborateurs et pour notre sécurité sociale qui rate des revenus tout en devant dépenser plus. Au cours des prochaines semaines, nous disséquerons dans cet Impact avec le CSE les facteurs qui déterminent la participation au marché du travail. Quels sont les leviers pour améliorer le potentiel du marché du travail ? Quelles sont les préoccupations ? Qu’est-ce qui fait qu’une personne n’est pas active sur le marché du travail ? À suivre.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.