Cap sur l’heure d’hiver

Dans la nuit du samedi 24 octobre au dimanche 25 octobre 2020, nous passerons de l’heure d’été à l’heure d’hiver.


Sandra Coenegrachts, CENTRE DE COMPÉTENCE EMPLOI & SÉCURITÉ SOCIALE
19 octobre 2020

Cela signifie que les horloges seront reculées d’une heure (à 3 heures, il sera 2 heures), ce conformément à l’arrêté royal du 19 décembre 2001 (MB a 28 décembre 2001) exécutant la directive CE du 21 janvier 2001. Cet AR fixe – pour une durée indéterminée – le passage à l’heure d’hiver chaque fois le dernier dimanche du mois d’octobre. L’heure d’hiver sera appliquée jusqu’au dimanche 28 mars 2021. À cette date, nous repasserons à l’heure d’été. 

À l’avenir, le passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver sera peut-être supprimé par la Commission européenne. Les États membres pourront alors opter pour une heure d’été ou d’hiver permanente. Ils devaient communiquer leur préférence à la Commission européenne pour le 31 mars 2019. Mais comme les avis sont partagés, ce délai a été reporté de deux ans, si bien que le dernier passage à l’heure d’été aura probablement lieu en mars 2021, sauf nouveau report. 

Le passage à l’heure d’hiver n’a pas d’impact sur la plupart des travailleurs. 

Toutefois, pour les travailleurs qui travaillent en équipe au moment du passage et qui ne sont pas payés de manière forfaitaire, des problèmes peuvent se poser quant à leur rémunération. Une solution est prévue par la convention collective de travail n° 30 conclue le 28 mars 1977 au sein du Conseil national du travail, laquelle stipule ce qui suit : 

  • Lorsque l’organisation du travail le permet et que ce sont les mêmes travailleurs qui sont concernés lors des deux changements d’heure, ces travailleurs recevront la rémunération correspondant à 8 heures de travail aussi bien pour les 7 heures prestées lors du passage à l’heure d’été que pour les 9 heures prestées lors du passage à l’heure d’hiver. Le paiement des 8 heures de travail pour les 7 heures effectivement prestées lors du passage à l’heure d’été est donc considéré comme un paiement anticipé de la 9e heure qui sera prestée lors du passage à l’heure d’hiver.
  • Par contre, si l’organisation du travail ne permet que ce soient les mêmes travailleurs qui fassent partie de l’équipe de nuit du samedi lors des passages à l’heure d’été et à l’heure d’hiver, c’est la règle suivante qui s’applique :
    • les travailleurs qui seront occupés pendant 7 heures lors du passage à l'heure d'été recevront la rémunération normale correspondant à 8 heures de travail. L’employeur devra donc payer 1 heure de plus sans que des prestations aient effectivement eu lieu.
    • les travailleurs qui seront occupés pendant 9 heures lors du passage à l'heure d'hiver recevront la rémunération normale correspondant à 9 heures de travail.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.