Quelle marge reste-t-il au télétravail ?

Le télétravail est le moyen idéal d'avoir moins de personnes sur le lieu de travail. Le télétravail est la solution idéale pour avoir moins de personnes dans les transports publics. Nous ne pouvons qu’approuver pleinement ces affirmations et continuer d’appeler les entreprises à l’utiliser au maximum ! Cependant, le télétravail obligatoire et à temps plein - s’il dure trop longtemps - constitue surtout un risque pour le bien-être mental des collaborateurs, leur implication et donc, à terme, leur motivation et leur productivité.


Joris Vandersteene, CENTRE DE COMPÉTENCE EMPLOI & SÉCURITÉ SOCIALE
03 décembre 2020

Les employeurs ont été régulièrement pointés du doigt ces dernières semaines. Ils miseraient trop peu sur le télétravail et trop de collaborateurs seraient encore présents sur le lieu de travail.

Les chiffres
Les chiffres les plus récents contredisent pourtant ces accusations. Selon une étude réalisée en collaboration avec l’Antwerp Management School et HRPro.be, 73% des employés du secteur privé travaillaient à domicile en octobre. Selon de récentes estimations, ce chiffre a encore augmenté de 3% en novembre. Au paroxysme de la pandémie en mars/avril, il était de 80%. L’écart est minime. Mais n’oublions pas qu’à ce moment-là, de nombreux secteurs non essentiels étaient fermés et qu’environ un million de travailleurs ont eu recours au chômage temporaire. Proportionnellement, plus de personnes travaillent donc à domicile aujourd’hui. L’enquête de l’ERMG qui prévoyait cette semaine une mise à jour pour novembre montre une augmentation de moitié environ du télétravail à temps plein par rapport à l’enquête d’octobre.

Si l’on observe les chiffres de la mobilité, tous les paramètres révèlent d’énormes diminutions des embouteillages. Rien que sur les autoroutes bruxelloises, les embouteillages ont diminué de 86% ! Le Bureau du plan a indiqué la semaine dernière que le nombre de déplacements n’a pas fort diminué, mais que cela est dû à la réouverture des écoles et aux courts trajets locaux indépendants du contexte professionnel.

Les données de Google Mobility sont aussi utilisées régulièrement pour cartographier les déplacements sur le territoire. Après un premier coup d’œil rapide à ces chiffres, on pourrait conclure à une légère augmentation des présences sur le lieu de travail. Mais il est important de préciser que Google catalogue les écoles de lieux de travail, ce qui est logique pour les enseignants, mais qui a pour effet que les élèves dotés d’un smartphone sont repris dans les statistiques comme des personnes présentes sur le lieu de travail. Cela concerne potentiellement 800.000 élèves ayant un smartphone et susceptibles de figurer dans les données des ‘déplacements professionnels’.

La prudence est donc de rigueur quand on se réfère à ces chiffres pour accuser les employeurs de ne pas faire assez d’efforts.

Le télétravail est-il possible pour tous ?
C’est ici que réside en partie le problème de perception. Tous les employés ne peuvent pas travailler à domicile. 

Les employés de banque doivent au moins être présents occasionnellement au bureau, dans le respect des règles désormais applicables. Les travailleurs des entreprises de haute technologie qui utilisent par ex. la technologie 3D ou travaillent dans des départements de R&D avec des appareils très spécifiques doivent nécessairement être présents sur le lieu de travail. Selon de récents calculs, 45% maximum de tous les travailleurs belges sont susceptibles de pouvoir travailler à domicile pendant une partie au moins de leur temps de travail.

Y a-t-il encore de la marge ?
C’est très vraisemblable. Il y aura certainement des exceptions, mais n’est-ce pas toujours le cas ? Faut-il élaborer la politique en fonction des exceptions ou en fonctions des milliers d’entreprises qui appliquent tous les jours correctement les obligations dans leurs organisations, avec tous les efforts financiers, logistiques et humains que cela implique.

Solidarité
Le télétravail obligatoire à temps plein est exigeant pour les collaborateurs et les entreprises. C’est pourquoi nous lançons un appel pour que chacun y contribue. Lorsque nous voyons que des exceptions sont prévues, par exemple pour les services juridiques des représentants des travailleurs, cela nous fait sourciller. D’autant plus que les mêmes réclament toutes sortes de nouvelles mesures coûteuses pour ceux que les autorités obligent à télétravailler à temps plein.

Les entreprises privées belges font des efforts énormes pour maximaliser le télétravail pour les profils qui s’y prêtent. La continuité ne peut toutefois pas être (une nouvelle fois) menacée. Nous nous inquiétons également des effets sur la santé mentale et de l’impact à long terme sur la motivation et la productivité.

Nous demandons à chaque entreprise de porter un regard critique sur chaque fonction et d’utiliser au mieux les possibilités additionnelles de faire un effort supplémentaire.

Le but est d’abaisser rapidement les courbes et de créer ainsi à nouveau une ouverture pour un retour au travail exceptionnel, tout à fait conforme aux moments de retour prévus comme en octobre ; employeurs et travailleurs sont demandeurs !

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.