PME et grandes entreprises en Belgique : une fructueuse symbiose

Durant le troisième trimestre de l’année dernière, la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) a lancé une enquête sur la perception des PME et grandes entreprises à l’égard des relations qu’elles entretiennent (entre elles). Quel regard les CEO portent-ils sur ces relations ? Comment envisagent-ils leurs rapports avec des acteurs d’une taille différente ? De quelle manière développent-ils la relation ? Quels sont les avantages et les inconvénients qu’ils tirent de ces relations ? Telles sont les questions à la base des deux volets de cette étude, quantitatif et qualitatif, et qui ont permis de dégager une série de « bonnes pratiques » inspirantes pour les dirigeants dans la gestion de leurs relations.


Press, COMMUNICATION & EVENTS
07 May 2021

Tout d’abord, l’étude souligne l’importance des liens qu’entretiennent PME et grandes entreprises en Belgique. La grande majorité des entreprises (93%) considère qu’entretenir des relations avec d’autres entreprises est nécessaire (46%), essentiel (41%), voire même vital (6%).

Ensuite, l’enquête identifie six grandes différences entre PME et grandes entreprises en termes de : (a) types de contact et continuité de la relation, (b) mode de prise de décision et implications, (c) gestion de la relation, (d) moyens, (e) apports en ressources et compétences, (f) vision de la relation.

Si ces différences peuvent être à l’origine de complications, elles constituent surtout une véritable source de création de valeur, pour autant qu’elles puissent être complémentaires. La compatibilité des différences en termes de ressources et de compétences apportées par les partenaires à la relation est une clef à la valeur ajoutée. La valeur ajoutée peut revêtir différentes formes. Cette étude en a souligné au moins trois : l’innovation, le développement d’une image de marque ou encore l’amélioration continue. C’est également cette compatibilité qui permet de répartir les risques encourus par les entreprises.

Il ressort également de cette étude que les différences identifiées peuvent être à l’origine de certaines externalités négatives : la trop grande dépendance d’une entreprise à l’égard de l’autre, le possible « vol » du savoir-faire et l’apparition de conflits liés à leurs différences en termes de mode de fonctionnement, de prise de décision et de culture. Il est important d’accorder une attention particulière à limiter ces conséquences, qui freinent ces relations et en limitent dès lors les bénéfices. Pour composer avec les inconvénients et risques potentiels, l’étude établit quelques pistes visant le bon développement d’une relation.

Une série d’aspects sont donc à prendre en compte avant même de commencer à établir une relation avec une autre entreprise : partager un même système de valeurs, qui constituera le socle commun de la relation ainsi que définir une vision commune de la relation, de sa portée et s’accorder sur les objectifs et les résultats attendus. D’autres comportements sont nécessaires tout au long de la relation : manifester du respect dans une perspective de partenariat, communiquer de manière transversale, accompagner la relation en monitorant ou en émettant des critiques constructives et demander de l’aide pour dialoguer si la relation se complique, via, par exemple, un service de médiation.

« Les relations entre PME et grandes entreprises représentent 40% des ventes et achats intermédiaires. Il est clair qu’un lien fort unit ces entreprises qui se considèrent très dépendantes les unes des autres, selon 75% des répondants. Les différences identifiées constituent des risques de difficultés et de conflits mais se révèlent surtout être une formidable source de valeur ajoutée. Le temps où l’on opposait PME et grandes entreprises est révolu. La préoccupation actuelle doit être de limiter les éventuelles complications qui pourraient apparaître entre ces acteurs pour optimiser la création de valeur ajoutée », conclut Edward Roosens, Chief Economist de la FEB.

> Télécharger le rapport ‘PME et grandes entreprises en Belgique – Une fructueuse symbiose

Our partners

Business Issues

An optimum business environment is vital for a sound economy and sustainable growth. FEB aims to help create and maintain such an environment by, among other things, closely monitoring all issues of direct relevance to businesses. Here, grouped into 17 themes, are the issues on which FEB focuses most of its attention and action.


Subscribe to newsletter

Subscribe now and receive every week the latest articles directly in your mailbox