30% de dépenses passives en moins

Les dépenses de l'Office national de l’emploi (ONEM) diminuent fortement à mesure que davantage d’emplois sont créés. Les dépenses liées au chômage baisseront de près de 30% entre 2013 et 2019 (estimation), passant de 7,1 milliards EUR à 5 milliards EUR. Il s’agit là d’une bonne nouvelle. 


Gianni Duvillier, COMPETENCE CENTRE LABOUR & SOCIAL SECURITY
27 November 2018

Cela signifie moins de dépenses passives. Et les dépenses liées au RCC diminueront même de près de 38% sur cette période. La situation économique, mais aussi les différentes mesures en faveur du marché du travail adoptées par le gouvernement actuel (ainsi que le précédent) expliquent cette évolution, de même que l'approche visant à rendre les entreprises plus compétitives (p.ex. par le biais du tax shift) avec pour effet de stimuler la création d'emploi.

La politique passive du marché du travail a été rationalisée et activée par différentes réformes (telles que la transformation des allocations d'attente en allocations d'insertion, la rationalisation du crédit-temps, la réduction du RCC, l'extension de la disponibilité pour le marché du travail). La tâche ne s’arrête cependant pas là. L'assurance chômage est un élément essentiel de la protection sociale, mais la relation avec le marché du travail n'est pas claire. Le système offre bien sûr la sécurité de revenu nécessaire en cas de transition, mais les allocations illimitées dans le temps restent une anomalie par rapport à tous les autres pays de l'UE et ne devraient plus être taboues.

Our partners

Business Issues

An optimum business environment is vital for a sound economy and sustainable growth. FEB aims to help create and maintain such an environment by, among other things, closely monitoring all issues of direct relevance to businesses. Here, grouped into 17 themes, are the issues on which FEB focuses most of its attention and action.


Subscribe to newsletter

Subscribe now and receive every week the latest articles directly in your mailbox