FEB Communiqué de presse
16 février 2021
 
 
 

Un guide pratique pour aider les entreprises à gérer les restructurations de manière professionnelle

Le bureau de conseil en communication Ketchum et le cabinet d'avocats Eubelius se sont associés à la Fédération des entreprises de Belgique (FEB/VBO) pour mettre en commun leur expertise et aider les entreprises à faire face aux restructurations de manière professionnelle. Le guide pratique « La restructuration avec ou sans licenciements » explique les mesures qu'une entreprise doit prendre tant sur le plan juridique que sur le plan de la communication si elle fait face à une réorganisation.

De la restructuration au processus de transformation orienté vers l'avenir 

L'augmentation de la rentabilité d'une entreprise, l'optimisation de la gamme de produits et services, les nouveaux développements du marché, une crise économique, … tous ces éléments peuvent donner lieu à l’envisagement de la restructuration d'une entreprise. Toutefois, la restructuration ne doit pas être synonyme de licenciement collectif. Il peut également s'agir de réorganiser un certain nombre d'activités pour donner plus de force de frappe à l'entreprise dans un contexte économique modifié.  

Pour transformer une restructuration en projet de transformation réussi et orienté vers l'avenir, il faut, d'une part, respecter le cadre juridique et, d'autre part, avoir une communication et un leadership de premier plan. En raison de la nécessité d'une approche multidisciplinaire, Ketchum, Eubelius et la FEB ont uni leurs forces. 

Le guide pratique qu’ils ont développé met en avant les 6 principes fondamentaux de la stratégie de communication dans les processus de transformation. Elle aborde également la nécessité d'un leadership approprié,le rôle du PDG et de la direction pour la protection de la réputation de l'entreprise. Le guide fournit aussi une boussole avec différents scénarios de restructuration avec ou sans licenciements qui sont mis en évidence tant du point de vue juridique que de celui de la communication. 

« Une restructuration peut avoir un lourd impact sur la réputation de l'organisation. La confiance, l’appréciation et l'admiration que les différents groupes d'intérêt tels que les employés, les clients, les fournisseurs, les partenaires, la presse ou encore les hommes politiques portent envers l'entreprise sont à la base de cette réputation. Un changement stratégique dans la politique de celle-ci peut faire pression sur cette réputation de manière positive ou négative », déclare Christel Van Litsenborgh, Senior Consultant chez Ketchum. 

Grâce à ce guide, aucune étape n'est négligée 

« La législation sur les restructurations est basée sur les licenciements. Toutefois, de nombreuses mesures alternatives peuvent être envisagées afin d'ajuster le cours de l'entreprise et ainsi limiter, entre autres, le nombre de licenciements nécessaires. Ce qui est frappant, c'est qu'il n'existe aucun cadre juridique clair pour les restructurations sans licenciements. », nous explique Liesbeth Vandenplas, avocate chez Eubelius. « Avec ce guide pratique, nous essayons de donner un aperçu précis des possibilités de transformation d'une entreprise avec et sans licenciements. Bien qu'il soit crucial de suivre les procédures correctes, une transformation orientée vers l'avenir ne peut réussir que si l'attention nécessaire est accordée à la communication interne et externe et au leadership, y compris dans les relations sociales. L'expérience montre qu'une préparation approfondie et un encadrement multidisciplinaire font toute la différence.»   

Ces dernières semaines, les entreprises ont régulièrement annoncé des opérations de restructuration. Ceci a incité les décideurs politiques à envisager une évaluation et une amélioration de la loi Renault, mais aussi éventuellement le financement obligatoire d'un plan social. 

« Les partenaires sociaux ont récemment prouvé qu'ils pouvaient conclure des accords dans cette matière complexe. Maintenant, il est important de mettre en œuvre ces accords et de leur laisser le temps de prouver leur force et leur efficacité. Une révision de la loi est donc hors de question. De plus, obliger les entreprises à financer un plan social ne répond pas à l'objectif de maintien de l'emploi, de la restauration de l'activité économique et de la réinsertion. Un tel plan ne fait que prévoir le versement d'une somme d'argent à un moment donné et ne garantit pas un emploi permanent. Pire encore, le caractère obligatoire d'un tel plan pourrait accélérer la fermeture totale des entreprises incapables de financer à la fois un plan social et un projet de relance des activités », déclare Monica De Jonghe, directrice générale de la FEB. 

Webinar et commander le guide pratique 

Le 2 mars à 15h30, Ketchum et Eubelius organiseront un webinaire : ‘Comment faire d’une restructuration un projet de transformation tourné vers l’avenir ? Ce webinaire est destiné aux chefs d'entreprise, aux cadres dirigeants, aux conseillers juridiques, aux responsables des ressources humaines et de la communication. Vous pouvez vous inscrire iciLe guide pratique est également disponible via la FEB. 

 
 
COMMUNICATION & EVENTS
16 FÉVRIER 2021
 
Contact du service de presse
Benoit Monteyne - T + 32 2 515 08 77 | bm@vbo-feb.be
Pauline Bertrand - T + 32 2 515 08 03 | pbe@vbo-feb.be
 
 
Porte-parole des entreprises de Belgique, la FEB représente – au travers d’une quarantaine de fédérations sectorielles membres – plus de 50.000 petites, moyennes et grandes entreprises. Ensemble, elles assurent 75% de l'emploi dans le secteur privé, 80% des exportations et 2/3 de la valeur ajoutée créée en Belgique. Seule coupole d’employeurs au niveau interprofessionnel, la FEB représente les entreprises des trois Régions du pays.
 
 
Mes données et préférences    -    Se désinscrire    -    Afficher dans le navigateur Web   

Disclaimer    -    Contact    -    Imprimer    -    Vie privée