UNE FEB FORTE, UNE NOUVELLE FÉDÉRATION

En 125 ans, non seulement la face du monde s’est fondamentalement modifiée, mais aussi la vision du monde, les lignes de rupture et équilibres entre puissances, les normes et les valeurs. Les entreprises voient surgir des concurrents – souvent inattendus – de partout. Des structures qui autrefois assuraient notre tranquillité sont aujourd’hui fortement sous pression. Tout le monde veut du neuf, du numérique, du durable, plus d’éthique, au niveau tant professionnel que politique. Les institutions classiques ou analogues et la hiérarchie sont remises en question. 

La FEB peut être fière des 125 années écoulées, mais elle regarde surtout en avant.
« Nous sommes à l’aube de la troisième décennie du 21e siècle. Le moment est donc venu de conclure un nouveau pacte avec nos parties prenantes », affirme Pieter Timmermans, CEO de la FEB. « S’adapter n’implique pas un combat contre le vieillissement et ses symptômes, mais un rajeunissement. Se réinventer continuellement. Cette transformation n’est pas une opération ad hoc, mais un souci permanent. »

Creating Value for Society

Les intérêts économiques et les valeurs humaines sont intrinsèquement liés. Ensemble, ils donnent de l’élan au changement. Entre les deux, la FEB indique la voie à suivre en qualité de guide et de pionnière. Les entreprises font progresser la société. Pas de progrès sans entreprises qui fournissent du travail à des millions de gens, qui investissent des milliards d’euros, qui assurent la prospérité. Une économie forte génère un progrès durable qui, à son tour, jette les bases d’une plus grande prospérité pour tous : Business ↔ Sustainable Progress ↔ Prosperity. Pieter Timmermans en est convaincu : « Cette interaction circulaire est au cœur de notre nouveau mission statement. Elle est à l'origine du titre de l'ouvrage 'Entreprendre pour la prospérité’ et de notre nouvelle baseline ‘Creating Value for Society’. Les intérêts économiques et sociétaux sont liés : ils sont complémentaires, connectés et interdépendants. Cela permet de créer une valeur réelle pour tous. »

> Lire notre mission statement

Dix lignes de force pour une nouvelle fédération

Ce n’est pas tout de formuler un nouveau mission statement sur papier. Encore faut-il le traduire dans la pratique. Créer de la valeur tant pour les entreprises que pour la société suppose de cultiver une vision claire qui inspire et qui fédère. Au cours de nos 125 ans d’histoire, nous avons franchi quantité de moments charnières. Aujourd’hui, nous voici au-devant d’un nouveau moment clé, que nous anticipons à travers une nouvelle vision et une nouvelle stratégie ayant pour fil conducteur 'Chérissez le passé, vivez le présent et rêvez l’avenir'. Nous ne jetons pas le passé à la poubelle. Il nous apprend comment faire encore mieux aujourd’hui et demain. « Jeter des ponts et mettre notre expertise au service des entrepreneurs pour les guider face aux défis mondiaux et les aider ainsi à entreprendre afin d’assurer et de renforcer la prospérité de notre pays : telle est notre raison d’être », annonce Pieter Timmermans à l’aube de la FEB de demain. « Concrètement, nous traduisons cet engagement en dix lignes de force comme autant de reflets de cette nouvelle fédération que nous concluons avec nos parties prenantes. »

1. Community building
Collaborer plus intensivement, partager des expertises, briser des murs, construire des ponts… sont autant de leviers qui nous permettront de donner plus de portée et d’écho aux opinions des employeurs et d’ancrer notre leadership collectif. 

La FEB développera des pôles de collaboration supra-organisationnels entre les différentes fédérations sectorielles membres et organisations patronales. Cette démarche sera centrée sur la création d’une cellule macro-économique réunissant toutes les expertises afin que nous portions d’une même voix des messages forts, coordonnés et efficaces. Les actuelles plateformes de collaboration intersectorielle comme la BRIEC (Belgian Research Innovation and Entrepreneurship Community – www.briec.be) et la Plateforme PME seront étendues et poursuivies au sein d’autres domaines d’expertise. 

2. Acteur pertinent au niveau sociétal
Les défis sociaux et environnementaux importants et complexes incitent les entreprises et leurs fédérations à s’interroger sur leur rôle vis-à-vis de la société. Cela leur impose de repenser leur stratégie, leur gouvernance, leurs investissements, etc. Bref, de continuer à créer de la valeur pour la société. Nous continuerons à inciter les entreprises belges à développer une économie durable en leur démontrant l’avantage compétitif qui en découle.

En tant que compagnon de route de toutes les entreprises, nous voulons montrer que les entreprises sont elles aussi des ‘fournisseurs de solutions’ face aux défis sociétaux actuels et futurs, soutenus par la force d'innovation, la flexibilité et la vision.

Mais les entreprises seules ne peuvent rien. Tous les acteurs – entreprises, société civile et autorités – doivent travailler main dans la main. Le dialogue avec l’ensemble des parties prenantes est un élément essentiel pour réussir.

C’est pourquoi la FEB élargira au sein de son Conseil d’administration la représentation des fédérations professionnelles aux moments opportuns. Grâce à l’ajout d’autres organisations de la société civile et d’ONG, le Conseil pourra opérer comme une Plateforme de concertation sociétale interfédérale (CSI). La création de deux nouveaux centres de compétence – ‘Durabilité & Économie circulaire’ et ‘Entrepreneuriat numérique & innovant’ – s’inscrit également dans cet élargissement socialement pertinent de notre terrain d’action.

‘La FEB est le compagnon de route de toutes les entreprises.’

3. Advocacy
Advocacy renvoie à notre engagement pour les droits et les intérêts du monde des entreprises belges, en particulier des employeurs. L’entrepreneuriat durable, l’économie circulaire, les règles de conduite éthiques et les valeurs et normes écologiques se verront attribuer dans le futur un rôle plus prépondérant au sein des domaines dans lesquels nous brillons déjà aujourd’hui (compétitivité, concertation sociale, analyse économique, corporate governance, politique européenne, fiscalité, énergie & climat…). C’est ce que nous concrétiserons dans notre structure, notamment au travers d’un centre de compétence spécifique ‘Durabilité & Économie circulaire’. Notre approche respectera cette voie dans tout ce que nous entreprendrons. Pour le résumer en une seule phrase : la création de profit restera un objectif premier, mais la 'manière' de créer ce profit sera au moins aussi cruciale. 

Advocacy signifie également 'entrer en dialogue'. Écouter les réels souhaits de l’entrepreneur et lui offrir le meilleur service possible à l’aide d’un front-office efficace. Nous le ferons dans le souci de répondre aux attentes des entrepreneurs et non pour des raisons institutionnelles ou autres motifs liés aux compétences. Nous continuons par ailleurs à croire en un modèle de concertation socio-économique qui fait progresser les choses au lieu de viser le statu quo. Les erreurs systémiques doivent disparaître. Nous souhaitons faire évoluer, de concert avec les syndicats, l’actuel modèle de conflit vers un modèle de partenariat, dans lequel les autorités et d’autres acteurs pertinents de la société civile auraient également un rôle à jouer. 

4. Lignes de communication directes
La FEB s’est débarrassée de son image de lointaine tour d’ivoire bruxelloise. Pour contrer définitivement cette perception, nous ouvrirons encore plus de lignes directes avec les fédérations sectorielles membres et leurs entreprises. Notre 'Ravenstein Business Center', en plus d’accueillir des formations et des événements, deviendra un pôle d’information à partir duquel nous partagerons et diffuserons nos messages et notre expertise. Avec un service de communication renforcé en guise de colonne vertébrale. 

5. Complémentarité Conseil d’administration – Comité stratégique
L’interaction actuelle entre notre Conseil d’administration, composé de représentants des différentes fédérations sectorielles membres, et le Comité stratégique, constitué de chefs d’entreprise, est un modèle 'win-win' unique. Plus nous pourrons rapprocher les synergies entre ces deux structures, plus large sera le mouvement d’opinion en faveur des points de vue de la FEB. En resserrant le lien entre Conseil et Comité, nous pourrons mieux cerner les points de vue respectifs et favoriser le brassage d’idées. 

‘La FEB s’est débarrassée de son image de lointaine tour d’ivoire bruxelloise.’ 

6. Comité de contact plus performant
La réalité politique, et plus particulièrement la régionalisation des compétences qui ont un grand impact sur le tissu et le climat économiques, obligent les employeurs à collaborer plus étroitement que jamais et à diffuser des visions communes et des points de vue intégrés à tous les niveaux de la politique. 

L’actuel Comité de contact au sein duquel se concertent la FEB et les organisations d’employeurs régionales (Voka, UWE et Beci) sur les thèmes transversaux du pays – pensons à l’activation des demandeurs d’emploi et autres groupes cibles, à l’énergie, à la mobilité – pourrait faire entendre sa voix de façon plus intense et efficace. La finalité doit être d’élaborer des points de vue communs ou de formuler des propositions avec la participation et le soutien d’une communauté d’employeurs aussi large que possible. 

7. PME et grandes entreprises
En ces temps disruptifs, le statut de grande entreprise n’est pas un cadeau. La possibilité de recourir à la maniabilité d’une plus petite entreprise comme une PME ou une jeune start-up à l’échelle d’une grande organisation constitue un puissant levier. Nous devons exploiter au maximum cette complémentarité entre les forces de ces deux échelles. 

C’est pourquoi nous continuerons à investir dans l’élargissement de notre Plateforme PME, qui nous permet de récolter l’input des PME sur leurs spécificités, leurs intérêts, et de suivre leur

évolution sur le terrain. L’importance des grandes entreprises et des PME, pour notre économie ainsi que les unes pour les autres, confirme que nous devons poursuivre des mesures ambitieuses pour renforcer la compétitivité de toutes les entreprises. Et que nos responsables politiques doivent plus que jamais prendre conscience du fait que notre économie n’a rien à gagner à opposer les grandes entreprises et les PME. 

8. La FEB… (plus) près de chez vous
Nous gardons nos antennes actives et ouvertes à toutes les composantes de la société. Les jeunes, par exemple, sont aujourd’hui plus que jamais de solides parties prenantes de notre société. Il importe que nous nous inspirions de leur enthousiasme et de leur dynamisme novateur pour chercher ensemble des solutions constructives aux défis actuels et futurs. Les initiatives telles que notre communauté 'Young Talent in Action' et ses 250 Ambassadeurs fournissent une précieuse caisse de résonance. 

C’est également vrai pour les entrepreneurs qui, jour après jour, ont les deux pieds ancrés dans la réalité professionnelle. Nous avons également besoin d’entendre, sentir, apprendre directement de leur part quels sont leurs besoins et leurs attentes. Vers quoi ils tendent et pourquoi. C’est la raison pour laquelle nous partirons encore plus que jamais 'en tournée' ; nous organiserons des tables rondes et des conférences dispensées par des CEO et nous partagerons nos informations et connaissances de façon structurée, uniforme et formatée via les fédérations sectorielles membres et autres canaux 'proches' pertinents.

En réduisant au minimum la distance entre la FEB et ses parties prenantes, nous pourrons soutenir, inspirer, guider de façon ciblée et fonctionnelle dans une perspective d’avenir entreprenante. 

‘Les clusters entre grandes entreprises et PME sont de plus en plus importants pour notre compétitivité.’ 

9. Ravenstein Business Center
De par sa position centrale, le centre de conférences de la FEB est un lieu unique pour l’organisation d’événements, de formations et de recyclages. Mais nous ne devons pas en rester là. Nous voulons devenir la vitrine, la carte de visite du monde des entreprises belges. Le lieu de rencontre et de réseautage privilégié des entreprises, des secteurs et des responsables politiques de Belgique ou d’ailleurs. Un lieu qui dispose du standing et de l’équipement technique nécessaires pour accueillir chaque niveau comme il se doit. Un centre qui s’illustre par son concept et sa gestion professionnelle tout en étant autosuffisant. 

10. Nouveaux centres de compétence
La FEB est plus, beaucoup plus qu’un organe de concertation sociale. Il est essentiel que la Belgique entreprenante et politique ait conscience de notre expertise dans d’autres domaines auxquels elle peut faire appel : analyse économique, législation sociale, fiscalité, droit des sociétés, Europe, développement durable, mobilité... Attendu que les exigences de durabilité et la numérisation donneront elles aussi le ton des prochaines années, nous approfondirons encore nos connaissances et nos efforts dans ces domaines. Nous les regrouperons au sein de deux centres de compétence supplémentaires : 'Durabilité & Économie circulaire' et 'Entrepreneuriat numérique & innovant'. Deux domaines clés au sein desquels nous conjuguerons priorités et excellence.


Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.